Emmanuel Macron rend hommage à Gisèle Halimi ce 8 mars : pourquoi cela divise la famille de la militante

par TD
Publié le 3 mars 2023 à 15h04, mis à jour le 8 mars 2023 à 7h15

Source : Sujet TF1 Info

Figure du féminisme disparue en 2020, Gisèle Halimi sera mise à l'honneur lors d'un hommage national prononcé par Emmanuel Macron, ce mercredi.
L'association Choisir la cause des femmes, qu'elle a cofondée avec Simone de Beauvoir, n'y participera pas, dénonçant une "récupération politique".
Si le journaliste Serge Halimi, fils de Gisèle Halimi, refuse de s'y rendre, son frère, l'avocat Jean-Yves Halimi, salue l'initiative.

L'hommage national qui sera rendu le 8 mars par Emmanuel Macron à Gisèle Halimi, décédée en 2020, divise les descendants de l'emblématique avocate féministe. La polémique a commencé par l'entremise de l'association Choisir la cause des femmes, fondée en 1971 par la défenseure du droit à l'IVG par Simone de Beauvoir. Cette semaine, sa présidente, Violaine Lucas, s'est désolidarisée de l'hommage en invoquant une "instrumentalisation politique" qui ne "trompera personne", au lendemain d'une journée de mobilisation contre la réforme des retraites. 

L'annonce d'un tel hommage est jugée surprenante puisque réalisée "en dernière minute", explique la présidente de l'association dans une lettre adressée à Emmanuel Macron. "La veille [du 8 mars, NDLR], votre contre-réforme des retraites, qui pénalise particulièrement les femmes, se sera heurtée à un mouvement de protestation massif dans tout le pays sous la forme d’une journée de grève reconductible", note Violaine Lucas, estimant que Gisèle Halimi aurait "sans aucun doute possible" participé au mouvement de contestation.

"Depuis près de trois ans, vous n'avez cessé de vous défausser derrière une série d'excuses destinées à ne pas rendre hommage à l'avocate aux combats radicaux", fustige encore l'association, évoquant "lutte féministe, sociale, anticapitaliste, anticolonialiste, antiraciste, anti-impérialiste, cause palestinienne" et "condamnation de toutes les formes de violences policières".

Ses deux fils en désaccord

Le journaliste Serge Halimi, fils de Gisèle Halimi, a également fait savoir ce dimanche qu'il ne participerait pas à l'hommage, pour des raisons identiques. "La décision de l'Élysée intervient après plus de deux ans de tergiversations et alors que le pays est mobilisé contre une réforme des retraites extrêmement injuste dont les femmes qui occupent les métiers les plus difficiles seront les premières victimes", a pointé l'ancien directeur du Monde diplomatique, expliquant avoir été "subitement informé" de l'hommage, "en même temps que la presse"

Une réaction qui n'est toutefois pas unanime au sein de la famille. À l'inverse, l'avocat Jean-Yves Halimi, frère de Serge, l'un des fils de Gisèle, s'est dit "très satisfait" à l'annonce de cet hommage. "J'ai toujours pensé qu'elle le méritait", a-t-il souligné.

Outre Serge et Jean-Yves, Gisèle Halimi avait eu un troisième fils, le journaliste Emmanuel Faux, décédé en août 2022.


TD

Tout
TF1 Info