La deuxième édition des Fiertés rurales a eu lieu ce samedi à Chenevelles dans la Vienne.
1500 personnes étaient présentes pour lutter contre les discriminations envers la communauté LGBT.

Ce samedi, 1500 personnes ont défilé lors de la deuxième édition des Fiertés rurales organisées à Chenevelles, dans la Vienne, pour rendre visible la communauté LGBT dans les campagnes. "Merci de donner de belles couleurs à nos vies", pouvait-on par exemple lire sur un panneau brandi au milieu d'un champ de blé.

Dans la Vienne, une gay pride rurale pour rendre visible l'homosexualité dans les campagnes
Dans la Vienne, une gay pride rurale pour rendre visible l'homosexualité dans les campagnes - AFP

"Je viens d'une famille traditionnelle. Ça n'a pas toujours été simple. Ça fait plaisir de voir des personnes qui n'utilisent pas l'excuse d'être trop vieux pour ne pas comprendre", a témoigné auprès de l'AFP une femme venue défiler avec sa partenaire.

"C'est important d’être là pour dire qu'on assume notre homosexualité. Il y a encore plein de gens qui n'ont pas réussi à faire ce chemin. On les représente d’une certaine façon", estime de son côté Sébastien Collardey, de l'association AIDES, qui lutte contre la transmission du VIH et de l'hépatite.

Deux ministres et de nombreux élus présents

Le maire de la commune, Cyril Cibert, lui-même homosexuel, était présent et s'est dit "heureux" de voir autant de monde défiler malgré la pluie qui a retardé les festivités. "Nous avons réussi à faire venir tous les élus du département et deux ministres. Ce qui prouve l'intérêt d'une telle initiative", s'est-il réjoui. Étaient en effet présents le député Renaissance Sacha Houlié, le sénateur Bruno Belin, ou Dominique Faure, la ministre déléguée à la Ruralité, qui a déclaré : "La lutte contre les discriminations nous concerne toutes et tous et en tous lieux. En ville comme à la campagne, on doit pouvoir être soi et heureux d’être soi."

Présente également, Bérangère Couillard, ministre déléguée en charge de l'Égalité femmes-hommes et de la lutte contre la haine et les discriminations, a annoncé que "l’État allait consacrer dix millions d'euros sur quatre ans pour lutter contre les discriminations LGBT partout sur le territoire, dont trois millions dès cette année pour la création de dix nouveaux centres", notamment à Limoges et Marseille. Il en existe 41 sur le territoire.

Marie Cau, la première maire élue transgenre (en 2020) à Tilloy-lez-Marchiennes dans le Nord, avait, elle aussi, fait le déplacement car "c'est important de défendre la ruralité et, en même temps, les problématiques LGBT dans les campagnes où les jeunes sont très isolés". "Il faut développer cette visibilité", souligne-t-elle.

Des animations et des concerts sont organisés sur le site jusqu'à 4 heures du matin dimanche.


JB

Tout
TF1 Info