Covid-19 : la France face à la 7e vague

Covid-19 : qu'est-ce que la vaccination réactive, sur laquelle misent tant les experts ?

Audrey LE GUELLEC
Publié le 24 mars 2022 à 18h41
JT Perso

Source : TF1 Info

Des chercheurs français se penchent sur une stratégie pour augmenter la couverture vaccinale sur le territoire.
Objectif : convaincre les plus réticents au vaccin.

Comment inciter les derniers récalcitrants au vaccin contre le Covid-19 à sauter le pas ? C'est tout le sens de la stratégie développée par des chercheurs de l'Inserm et de la Sorbonne dévoilée dans la revue Nature Communications le 17 mars dernier, alors que près de 19.5% de Français restent à convaincre pour atteindre un taux de vaccination à 100%. Baptisée "la vaccination réactive", cette dernière consiste à vacciner "l’ensemble de l’entourage des cas dans le foyer et le lieu de travail ou de scolarité". Une approche déjà utilisée pour faire face à des vagues de méningites notamment, souligne l'Inserm.

"Plus efficace que d’autres stratégies"

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont établi un modèle mathématique à partir de données de l’Insee ayant trait tant aux situations professionnelles, qu'aux contacts sociaux, ou encore à des caractéristiques sociodémographiques. Différents scénarios ont ensuite été mis au jour pour évaluer l’impact d’une stratégie de vaccination réactive en fonction de la dynamique de l’épidémie. Il en ressort notamment que quelque soit le scénario, la stratégie de la vaccination réactive fonctionne d'autant mieux que la couverture vaccinale est faible. De fait, plus la couverture vaccinale est élevée, plus la probabilité que les proches de la personne infectée soient déjà vaccinés est élevée. "Dans la plupart des scénarios, avec un même nombre de doses de vaccins, une stratégie réactive est plus efficace que d’autres stratégies de vaccination pour réduire le nombre de cas de Covid-19", résume l'institut dans un communiqué. 

À titre de repère, "dans un contexte où la couverture vaccinale est d’environ 45 % et où la circulation virale est élevée, la réduction du nombre de cas sur une période de deux mois passe de 10 à 16 %", avec la vaccination réactive, par rapport à une stratégie de vaccination de masse, poursuit l'Inserm.

"Un outil dans le cas où un autre variant émergerait"

"Le modèle que nous avons construit permet d’envisager la vaccination réactive comme une stratégie efficace pour augmenter la couverture vaccinale et pour réduire le nombre de cas dans certains scénarios épidémiques, surtout lorsqu’elle est couplée à d’autres mesures comme un traçage efficace des cas contacts", explique de son côté Chiara Poletto, chercheuse à l’Inserm et co-auteure de l’étude. "Il s’agit d’un outil qui pourra aussi être réutilisé et adapté en France dans le cas où un autre variant émergerait et où il faudrait tester l’efficacité d’une stratégie réactive pour administrer d’éventuelles doses de rappel", conclut-elle.

Lire aussi

A ce jour, 54,24 millions de personnes au total ont reçu au moins une injection en France, soit 80,4% de la population totale, et 53,32 millions ont un schéma vaccinal complet (79,1%), selon la direction générale de la Santé.


Audrey LE GUELLEC

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info