Vendus aux enchères, les "cadenas d'amour" du Pont des arts rapportent 250.000 euros pour aider les migrants

L.Mousset
Publié le 14 mai 2017 à 17h40
Vendus aux enchères, les "cadenas d'amour" du Pont des arts rapportent 250.000 euros pour aider les migrants

BONNE ACTION - Une vente aux enchères des "cadenas d’amour" du Pont des arts, organisée par la mairie de Paris, a permis de récolter 250 000 euros samedi 13 mai. L’argent sera reversé à des associations qui accueillent et viennent en aide aux migrants.

Les "cadenas de l’amour" transformés… en maillons de solidarité. Ce samedi 13 mai, plusieurs dizaines de lots provenant du célèbre Pont des arts à Paris ont été vendus lors d’une vente aux enchères organisée par la mairie de Paris. 165 lots étaient proposés aux acheteurs : 150 "grappes" et quinze morceaux de grilles du Pont des Arts recouvertes de cadenas. 

La vente a totalisé 250 000 euros après quatre heures d'enchères pour lesquelles quelques centaines de personnes s'étaient déplacées au Crédit Municipal de Paris

Pour le plus grand bonheur des associations

Les bénéfices de la vente seront reversés à trois associations mobilisées dans l'accueil et l'accompagnement des réfugiés : Solipam, l'Armée du Salut et Emmaüs Solidarité.

"C'est formidable, c'est beaucoup d'humanité", se félicite Bruno Morel, directeur général d'Emmaüs Solidarité. L'association consacrera sa part à la construction d'aires de jeux pour enfants au centre d'accueil qu'elle gère à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). 

Que la vente aille au milieu associatif nous a touchés

Un couple d'acheteurs

De nombreux touristes étrangers étaient présents à cette vente aux enchères : "Il y a beaucoup, beaucoup d'Américains. Ce sont des grands amoureux de Paris, mais il y a aussi des Italiens, des Brésiliens, des Asiatiques de Taïwan, Corée, Chine, Japon", assure Olivier Collin du Bocage, le commissaire-priseur qui dirigeait la vente. 

Parmi les acheteurs, plusieurs Français. Gaëlle a acheté un lot à 520 euros et confie avoir craqué "parce qu'il y avait un nom en espagnol dessus". "Cela m'a plu. Et c'est aussi ma participation à l'action pour les réfugiés". De son côté, un couple qui vient d’acquérir quatre "grappes" explique : "Que la vente aille au milieu associatif nous a touchés". 

Pour James, collectionneur d'art qui a acheté une grille du Pont des Arts à 11 000 euros, l’important est que ce soit "une œuvre collective, qui a de l’histoire". Son acquisition finira "dans le jardin d'une ferme de l'Aveyron. Ça a survécu en plein air à Paris, ça survivra là-bas", assure-t-il. 

Une nouvelle vie commence pour ces "cadenas de l'amour".


L.Mousset

Tout
TF1 Info