À Marseille, la saison des croisières a démarré ce week-end.
Quarante mille touristes vont débarquer sur les quais de la cité phocéenne et cela fait beaucoup de monde dans le centre-ville.
Ce qui n'est pas du goût de tous les habitants.

À peine débarqués ce samedi à l'aube sur les quais de Marseille, les croisiéristes partent déjà visiter la cathédrale de La major au pas de course. "On a fait des dégustations, des choses comme ça et puis on va visiter un peu la ville", affirme une jeune femme prête à conquérir la ville pour une escale de seulement quelques heures. "C'est ça les croisières, on s'arrête dans les ports, on visite. On ne peut pas tout faire. Et ils reviennent", détaille Christine Sirène, la guide-conférencière, dans le reportage de TF1 ci-dessus. 

On voit qu'un bateau qui rentre peut donner un pic de pollution.
Guillaume Felizza, membre du collectif "Opération capteurs"

Alors, il ne faut pas perdre de temps. Richard Michel, chauffeur de taxi, n'arrête pas. "Là, il est 9h30, donc c'est le moment où il y a le plus de débarquants. Cela fait travailler toute la ville", dit-il. Quarante mille croisiéristes ont débarqué dans la cité phocéenne à bord de six paquebots. Cette arrivée massive annonce le début de la saison et c'est une bonne nouvelle pour les commerçants, surtout pour Mama Darmellah, propriétaire d'une boutique de cookies. Car à chaque fois, les touristes affluent directement chez elle. "C'était très calme il y a un mois et là, c'est vrai que ça redémarre et pour nous, c'est une très bonne nouvelle. Plus on a de croisiéristes, plus on peut embaucher", assure-t-elle. 

Lors de ces escales express, les passagers visitent le quartier du Panier et le Vieux Port où les cars sont obligés de stationner en double file sur la route. Résultat, ce ballet des bus de croisiéristes ralentit le trafic et recommence à irriter les habitants. Guillaume Felizza, membre du collectif "Opération capteurs", vit juste à côté et il mesure chaque jour la qualité de l'air. "Voilà le capteur de particules fines", montre-t-il. Voici son constat : "On voit qu'un bateau qui rentre peut donner un pic de pollution. Tout le monde est inquiet dans ce quartier bien sûr. Il y a beaucoup de gens qui sont malades. Il y a des problèmes pulmonaires, des problèmes cardiaques", déplore-t-il.

Car ces géants de mer continuent à faire tourner leurs moteurs quand ils sont amarrés. Charles Chanut, membre du Collectif "Cap au nord", a la vue toute la journée sur leurs cheminées qui rejettent les fumées. Avec d'autres habitants, il demande une électrification des quais pour limiter la pollution. "Ça vient toujours pas, donc c'est la raison pour laquelle on a porté plainte auprès du tribunal. On continue à accueillir des bateaux alors qu'on ne fait rien pour protéger la santé des citoyens", dénonce-t-il. L'année prochaine, le port de Marseille s'équipera de deux nouveaux branchements électriques qui permettront à deux navires de croisière de ne plus faire tourner leur moteur en permanence. 


Virginie FAUROUX | Reportage TF1 : Pauline Lefrançois et Frédéric Miara

Tout
TF1 Info