Ce vendredi, le Premier ministre Gabriel Attal fera des propositions aux agriculteurs et se déplacera sur le terrain.
En attendant, le mouvement s'amplifie et les opérations coup de poing se multiplient.

Que fera le gouvernement pour apaiser la colère des agriculteurs, qui multiplient blocages et manifestations ? Le Premier ministre prépare sa réponse alors que le premier syndicat de la profession réclame la prise en compte de "l'intégralité" de ses doléances. La mobilisation a pris de l'ampleur mercredi et jeudi avec l'appel de la Confédération paysanne, troisième syndicat d'agriculteurs, classé à gauche, à la mobilisation, à la suite de la FNSEA et de la Coordination rurale à qui elle s'oppose pourtant sur de nombreux sujets.

Cultivateurs et éleveurs partagent un même malaise sur leur avenir, écartelés entre désir de produire et nécessité de réduire l'impact sur la biodiversité et le climat, sur fond de revendications très diverses : marges de la grande distribution, jachères, pesticides, normes environnementales, autorisations administratives, prix du gazole...

Les actions sont montées d'un cran ces derniers jours, avec notamment des pneus incendiés devant la préfecture d'Agen mercredi devant des CRS impassibles. À Carcassonne, un immeuble de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal), vide et en travaux, a été soufflé par une explosion. Un tag du Comité d'action viticole (CAV) a été retrouvé sur place. Ces violences n'ont pour l'instant pas été condamnées par le gouvernement. 


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Esther LEFEVBRE et les équipes en région

Tout
TF1 Info