Les fraudes aux prestations sociales coûtent chaque année entre 6 et 8 milliards d'euros.
Jusqu'à présent, les tentatives pour récupérer une partie de cet argent ont donné des résultats très modestes.
Mais cette année 2023, le gouvernement entend mettre plus de moyens pour renforcer la lutte contre la fraude.

Désormais, il faudra résider au moins neuf mois par an en France pour toucher une aide sociale, comme les APL, le minimum vieillesse ou les allocations familiales. La CAF évalue le montant des fraudes à 2,8 milliards d'euros, soit autant que le budget du ministère des Affaires étrangères. Alors dès cette année 2023, les agents auront plus de moyens pour traquer, en priorité, les plus gros fraudeurs. "Nous aurons des pouvoirs supplémentaires, y compris d'enquête, de cyberenquête par exemple, avec des officiers de police judiciaire. Ils ont des outils et une masse de données beaucoup plus importantes", explique Julien Orlandini, directeur de la CAF du Var.  

Les patients et les médecins mis à contribution

Enfin, certains travailleurs sont particulièrement scrutés : ceux que l'on appelle les micro-entrepreneurs. Ils travaillent à leur compte pour des entreprises de service, comme Uber, Deliveroo, ou encore Bolt. Et ils ne déclarent pas toujours leurs revenus à l'administration. Alors pour éviter tout oubli, d'ici 2027, les plateformes paieront elles-mêmes les cotisations à la source. 


La rédaction de TF1info | Reportage Julien Roux, Paul Geli, Nicolas Carme

Tout
TF1 Info