VIDÉO - Grâce à un appel sur les réseaux sociaux, un zoo refuge reçoit 2 millions et demi d'euros de dons

par V. F Reportage vidéo : Léa Deschateaux, Jean-Yves Mey et Frédéric Jolfre
Publié le 13 mars 2023 à 11h44

Source : JT 20h WE

Le zoo de la Tanière, près de Chartres, qui accueille près de 600 animaux malades ou abandonnés, était au bord de la faillite.
Grâce à un appel aux dons lancé le 18 février, il a pu être sauvé.
50.000 personnes ont participé à la campagne.

"Sauvé !". Patrick Violas, le co-fondateur du zoo de la Tanière à Nogent-le-Phaye (Eure-et-Loir) peut pousser un ouf de soulagement. Pourtant, il y a encore quelques semaines, l'avenir de son refuge, qui prend soin d'animaux blessés ou maltraités, était menacé. "On a été victime comme tout le monde du Covid et c'est ça qui nous a fait très mal. On a perdu 7 millions d'euros à cause du Covid", dit-il dans la vidéo du JT de 20H en tête de cet article. 

Résultat, les dettes s'accumulent. Alors pour éviter la fermeture, le propriétaire doit trouver deux millions et demi d'euros. Avec son épouse, il décide de lancer un appel aux dons sur les réseaux sociaux. Très vite, la vidéo devient virale avec 20 millions de vues et des milliers de partages. Le 6 mars, Patrick exulte : "on vient de franchir la barre des 2,5 millions d'euros", lance-t-il.

Nettoyer, soigner : c'est la mission des 90 salariés

En seulement trois semaines, l'objectif est atteint avec des dons qui vont d'un euro à plusieurs milliers d'euros. Parmi les donateurs, beaucoup sont des visiteurs. "On ne donne pas souvent parce qu'on a quatre loulous et qu'on n'a pas forcément les moyens tout le temps, mais là, c'était une évidence. Surtout après, on a pris tout de suite les billets pour pouvoir venir visiter", explique une habituée. "C'est important de prendre les places aussi et venir voir ce refuge qui est très beau", renchérit sa voisine. Il faut dire que la Tanière travaille pour la bonne cause. Ce refuge recueille en effet des animaux sauvages et domestiques, issus de trafic, saisis par la justice ou maltraités. 

Mais s'occuper de ces animaux a un prix. "Il y a le coût de construction qui a été de 30 millions d'euros et le coût de fonctionnement qui est de 20.000 euros tous les matins quand on tourne la clé", détaille Patrick Violas. Et de citer en exemple l'entretien d'un éléphant. "Ça mange 100 kilos de foin par jour, mais ça, c'est pas très grave. Ça fait aussi 100 kilos de crottes, il faut donc nettoyer tout ça", admet-il. Nettoyer, mais aussi soigner, c'est la mission des 90 salariés. 

Si le zoo refuge est sauvé dans l'immédiat, pas question pour les équipes de relâcher l'effort. La Tanière espère ainsi pérenniser son activité tout au long de l'année grâce aux dons et aux 22 euros d’entrée pour un adulte.


V. F Reportage vidéo : Léa Deschateaux, Jean-Yves Mey et Frédéric Jolfre

Tout
TF1 Info