LE WE 20H

VIDÉO - En immersion avec les soldats d'élite de haute montagne à Chamonix

V. Fauroux - Reportage vidéo : François-Xavier Ménage, Florian Le Goïc et Pascal Rousset
Publié le 11 juillet 2022 à 10h30, mis à jour le 11 juillet 2022 à 11h00
JT Perso

Source : TF1 Info

Le Groupe militaire de haute montagne est un corps d'élite de l'armée de terre.
Ces alpinistes maîtrisent aussi bien l'escalade que le saut en parachute.
Des exploits qui ont un but : enseigner au mieux des techniques utiles aux commandos sur les terrains de guerre.

300 mètres de vide sous ses pieds, mais rien d'impressionnant pour Léo, militaire et alpiniste 5 étoiles. Il avance à main nue avec juste une corde pour la sécurité. La pratique est si intense qu'en 48 heures, il peut perdre jusqu'à 4 kilos. Aujourd'hui, ce soldat s'entraine dans les Alpes. Demain, ce sera le Groenland ou la Patagonie. "J'ai tout le temps peur, mais ça me permet de rester concentré, ça permet de me dire : 'ne te déconcentre pas, reste à ce que tu fais, reste concentré sur ce qui se passe'", avoue-t-il dans la vidéo du JT de 20H en tête de cet article. 

"Franchir des zones infranchissables"

Au-dessus de lui, deux militaires en combinaison volante attendent les bonnes conditions pour sauter dans le vide. Ils peuvent voler jusqu'à 180 km/h, une prouesse de plus pour ces deux soldats qui ont chacun (déjà) un millier de sauts au compteur. Ces exploits ne sont pas entrepris pour faire joli. Les hommes du Groupe militaire de haute montagne (GMHM) restituent ensuite leurs connaissances, leurs techniques aux soldats commandos avant que ces derniers ne partent vers des terrains hostiles. Au Mali, ou encore aux portes de l'Ukraine. Une transmission de savoir indispensable.

Illustration avec cette tyrolienne déployée pour rejoindre l'autre versant de la montagne. "Vous vérifiez que le mousqueton sera bien fermé et ensuite, on essaie de passer le plus rapidement possible", lance ainsi le formateur. L'objectif, "est de contribuer à la compétence opérationnelle de l'armée de Terre en leur proposant des moyens techniques pour franchir des zones infranchissables. Ils peuvent ainsi envisager de continuer à combattre de l'autre côté de la montagne", explique le commandant Chevallier. 

Lire aussi

Les hommes du Groupe militaire de haute montagne parcourent le monde. L'Everest, la cordillère des Andes, l'Antarctique dans des conditions extrêmes. Avancer quoi qu'il arrive. Un défi physique et moral. Autre exemple de ténacité avec cette opération parapente au pied du Mont Blanc. Le vent est favorable, la falaise est juste à côté. "Le danger, il est très simple, c'est que sous nous, on a la face nord de l'aiguille, il y a 1000 mètres de vide, donc une fois qu'on est parti, il faut qu'on soit sous la voile. Il faut que la voile nous prenne en charge sinon c'est une chute de 1000 mètres qui nous attend", prévient l'un d'eux. Prochain défi ? Sauter à 6000 mètres d'altitude depuis l'Himalaya.


V. Fauroux - Reportage vidéo : François-Xavier Ménage, Florian Le Goïc et Pascal Rousset

Tout
TF1 Info