BACCALAURÉAT – Jean-Michel Blanquer a annoncé mercredi un aménagement des épreuves de l'examen pour tenir compte des perturbations de l'année des lycéens avec la crise sanitaire. Comment réagissent élèves et professeurs ?

L'épreuve de philo maintenue, mais avec une note non prise en compte si elle est inférieure à celle du contrôle continu. Le grand oral lui aussi toujours d'actualité, mais avec la possibilité d'indiquer au jury les parties du programme non étudiées, ou de conserver ses notes rédigées pendant les 20 minutes de préparation. À six semaines du lancement des épreuves du bac, Jean-Michel Blanquer a annoncé mercredi soir des aménagements du bac 2021 en raison de la crise sanitaire. 

Depuis plusieurs semaines, syndicats et lycéens demandaient l’annulation pure et simple des épreuves de philosophie et du grand oral pour apporter notamment plus de sérénité aux élèves. Les annonces de Jean-Michel Blanquer n’ont donc pas été très bien accueillies. "Cette solution pour la philosophie n’est justifiée par rien", a regretté le Snalc. "Soit le ministère estime que l’épreuve peut se tenir, et alors elle doit se tenir normalement avec un plus grand choix de sujets, soit elle ne le peut". Le Mouvement national lycéen (MNL) a de son côté dénoncé du "bricolage", appelant "à continuer la mobilisation". Ce qui était par exemple le cas à Montpellier ce jeudi, où les lycéens ne décolèrent pas et continuent les blocages commencés en début de semaine, comme vous pouvez le voir sur les images ci-dessous. 

Blocage des lycées à MontpellierSource : TF1 Info

En visioconférence ce matin sur LCI, Rodrigo Arenas, co-président de la FCPE, a lui aussi relayé le mécontentement de nombreux élèves et enseignants, soulignant notamment  le cas des BTS, les plus déçus car ils n'ont obtenu aucun aménagement.

Une nouvelle plutôt bien accueillie à Bordeaux

En revanche à Bordeaux, où s'est rendu le 13H de TF1 ce jeudi, les élèves de terminale se montrent plutôt rassurés. "Moi je pense que c’est plutôt une bonne nouvelle. Si jamais ça se passe mal le jour de l’épreuve du bac de philosophie, ça va nous permettre quand même d’avoir de bons résultats grâce à comment on a travaillé tout au long de l’année", estime l’une des lycéennes. "De toute façon, on a la note du contrôle continu donc dans tous les cas, on est très sécurisés en fait", affirme un autre.

De leur côté, les enseignants interrogés semblent également plutôt rassurés. "C’est sûr que nous, en tant que correcteurs, on va avoir des consignes de bienveillance parce qu’évidemment, on ne peut pas passer à côté de la situation sanitaire. En discutant avec mes collègues professeurs de philosophie, il y en a beaucoup qui ont fait la moitié du programme ou qui ont vraiment des craintes par rapport à cette épreuve", explique Charlotte Noirot-Nerin, professeure de philosophie.

En ce qui concerne le grand oral, les annonces de Jean-Michel Blanquer sont plus ou moins bien accueillies. "C’est une bonne nouvelle même si, pour moi, j’aurais préféré l’annulation totale de l’épreuve. Mais bon, c’est un peu allégé et je pense que le jury saura être indulgent", espère un élève. 

Pour les premières, le nombre de sujets sera notamment doublé à l'épreuve écrite anticipée de français. Ce qui, là aussi, satisfait a directrice du lycée bordelais, Marie-Alix Schontz : "Ce à quoi nous tenions, nous, c’est au maintien des épreuves parce que c’est un peu symbolique, c’est ce qui permet de clôturer leurs études. Et s’agissant des premières, évidemment, une expérience de composition en quatre heures sur un sujet que l’on a préparé en amont, c’est une bonne chose que ce soit maintenu"


LT

Tout
TF1 Info