Depuis lundi, les agriculteurs multiplient les actions coup de poing à Agen, dans le Lot-et-Garonne.
Des opérations menées sous la houlette de la Coordination rurale.
Un syndicat omniprésent dans un département habitué des luttes sociales menées par le secteur agricole.

Autoroute bloquée, préfecture recouverte de lisier et trafic ferroviaire coupé. Depuis lundi 22 janvier, les agriculteurs en colère multiplient les actions chocs à Agen. Mercredi, ils ont arrosé la façade de la préfecture de lisier et mis le feu à des pneus et autres déchets devant les grilles, après une réunion houleuse. Le lendemain, les manifestants ont déversé du purin devant des enseignes de grande distribution avant de déposer des pneus, du plastique, des cagettes et du fumier devant la gare SNCF - entraînant la suspension du trafic ferroviaire - et de pendre un sanglier mort devant un bâtiment de l'Inspection du travail.

Des actions menées sous la houlette de l'omniprésente et radicale Coordination rurale du Lot-et-Garonne (CR47), coutumière des coups d'éclat. Un syndicat qui contrôle la Chambre d'agriculture départementale depuis plus de 20 ans et qui est à la pointe du mouvement de contestation actuel dans le territoire.

Des opérations qui finissent souvent devant la justice

La CR47 a déjà mené plusieurs opérations choc ces dernières années, sous l'impulsion notamment de Serge Bousquet-Cassagne, figure historique du syndicat et président de la Chambre d'agriculture. Elle est connue pour ses actions-opérations commandos chez des négociants, ses blocages d'Agen, ses occupations de locaux ou encore ses saccages de supermarchés. Des opérations qui se sont souvent terminées devant la justice. Serge Bousquet-Cassagne revendique ainsi 18 procès en 30 ans.

Récemment, il a été condamné pour avoir fait construire la retenue d'eau illégale de Caussade durant l'hiver 2018-2019, toujours exploitée depuis. La Cour des comptes l'a rappelé la semaine dernière dans un rapport très critique sur la Chambre départementale. Pourtant, le syndicaliste estime que les autres fédérations de la Coordination rurale devraient "prendre exemple sur nous : nous sommes incontournables dans le Lot-et-Garonne alors que partout ailleurs, elles sont inaudibles et invisibles". En juin, la CR47 a perturbé un déplacement de la secrétaire nationale d'EELV, Marine Tondelier, qui a porté plainte. Une information judiciaire est en cours. La dirigeante écologiste avait alors fustigé un "syndicat d'extrême droite".

Au-delà de l'action de la CR47, la situation à Agen s'explique par l'économie du Lot-et-Garonne, département souvent présenté comme le verger du Sud-Ouest avec de nombreuses productions agricoles, comme le fameux pruneau d'Agen, la tomate de Marmande, la noisette de Cancon, mais aussi des pommes, des kiwis et des pêches. Par ailleurs, les agriculteurs du territoire sont des habitués de la contestation sociale, comme le rappelle le média local Le Petit Bleu. Dans les années 80, ils avaient par exemple été à la pointe du combat portant sur les quotas laitiers.


A.B.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info