Électricité... attention, danger : 3 conseils pour sécuriser sa maison

par Sabine BOUCHOUL Chronique : Léa Kebdani
Publié le 22 avril 2024 à 11h16

Source : Bonjour !

Sur les habitations de plus de quinze ans, 83% comporteraient des anomalies.
Près d'un incendie sur trois serait de source électrique.
Léa Kebdani nous explique comment sécuriser sa maison dans Bonjour ! La Matinale TF1.

Elle nous permet de nous chauffer, de cuisiner, de s’éclairer, de se divertir. Bref, dans nos sociétés modernes, impossible de vivre sans électricité aujourd’hui. Pourtant, selon l'Observatoire national de la sécurité, 83 % des installations électriques dans les habitations de plus de 15 ans comporteraient des anomalies. Or, une installation vétuste ou une prise électrique défectueuse représente un véritable danger pour la sécurité de tous. Léa Kebdani nous explique les points essentiels à vérifier chez soi, dans Bonjour ! La Matinale TF1. 

Des risques à ne pas sous-estimer

Chaque année, plus de 3 000 personnes sont conduites aux urgences à cause d’une électrisation. D’après la directrice générale de Promotelec, Florence Delettre, l’anomalie la plus courante concerne la prise de terre ou l’absence de mise à la terre. L’électricité "qui est censée être conduite dans la terre se dirige dans le corps". Le risque ? Le coup de jus ou l’électrisation et selon les pièces dans lesquelles on se situe, les risques sont plus graves. Il faut donc être particulièrement vigilant aux installations dans les salles de bain ou la cuisine, puisque l’eau et le carrelage sont des conducteurs d’électricité. Une installation électrique vétuste ou mal entretenue peut aussi être à l’origine des incendies, c’est d’ailleurs le cas 1 fois sur 3.

Conseil numéro 1 : l’interrupteur différentiel

Les électriciens conseillent de se procurer un interrupteur différentiel. Ce petit boîtier protège les habitants d’un logement en étant capable de détecter les fuites de courant et de mettre hors tension les appareils situés sur la même rangée. En revanche, il ne détecte ni les surcharges, ni les courts-circuits, contrairement à un disjoncteur. L’interrupteur différentiel se pose directement dans le tableau électrique, entre le disjoncteur général et les disjoncteurs divisionnaires. Il est possible d’en acheter en magasin pour une centaine d’euros. 

Conseil numéro 2 : respecter les prises commandées

Par ailleurs, les électriciens rappellent que les prises commandées dans le logement ne sont pas destinées à accueillir des appareils gourmands en électricité. En effet, ce type de prise est destiné à l’éclairage. "Beaucoup de clients l’utilisent comme une prise normale, ils vont brancher un petit chauffage, une multiprise. C’est trop puissant et ce n’est pas adapté à la prise commandée et cela peut endommager le circuit", rappelle l’électricien Nicolas Henry, interrogé dans la Matinale.

Conseil numéro 3 : ne pas surcharger les multiprises

Elles ont beau être pratiques, elles sont aussi dangereuses lorsque l’on ne les utilise pas convenablement. En effet, les multiprises possèdent une puissance en watts. Cette puissance ne doit en aucun cas être dépassée. Il est donc important de bien choisir sa multiprise et de ne pas utiliser simultanément sur la même prise, le grille-pain, la cafetière et le micro-ondes. On évite aussi de brancher sur une multiprise, les appareils très gourmands en électricité, comme un lave-linge et un sèche-linge, ou encore les appareils à résistance comme les bouilloires, la plancha ou le barbecue. Dans ces cas-là, on branche toujours sur une prise murale.

Par ailleurs, les locataires doivent savoir qu’avant de louer son bien, le propriétaire est dans l’obligation de faire un diagnostic électrique. S’il n’est pas obligé d’effectuer des travaux, en revanche, il est responsable qui est en jeu en cas d’accident causé par une anomalie électrique.


Sabine BOUCHOUL Chronique : Léa Kebdani

Tout
TF1 Info