La dernière étude de l'Ifop montre une baisse historique de l'activité sexuelle des Français en 2023.
Les couples, les jeunes et les célibataires font beaucoup moins l'amour.
Benjamin Muller nous explique pourquoi c'est une bonne nouvelle dans Bonjour ! La Matinale TF1.

Les Français font moins l’amour. C’est ce qui ressort d’une étude de l’Ifop pour la marque de sextoys Lelo. Selon ce sondage, 76 % des Français ont eu au moins un rapport sexuel au cours de l’année 2023 soit une baisse de 15 points en vingt ans. Pour Benjamin Muller, rien de grave, au contraire, c’est une bonne nouvelle et il nous explique pourquoi dans Bonjour ! La Matinale TF1

La "sex recession"

Un Français sur 4 déclare d’ailleurs ne pas avoir eu de rapport sexuel au cours des 12 derniers mois. Un terme décrit d’ailleurs ce phénomène : on parle de "sex recession" et tous les indicateurs sont en berne. Cette montée de l’inactivité sexuelle se constate surtout chez les plus jeunes : plus d’un quart des jeunes de 18 à 24 ans sexuellement actifs (28 %) admettent ne pas avoir eu de rapport en un an, soit cinq fois plus qu’en 2006 (5 %). Les moins de 35 ans vivant en couple sous le même toit reconnaissent, par ailleurs, avoir déjà évité un rapport sexuel pour regarder une série/films à la télévision. L’étude de l’Ifop révèle également que beaucoup plus de Français déclarent ne pas éprouver d’attirance sexuelle pour autrui. Plus d’un Français sur 10 se considère ainsi comme asexuel.

Moins, mais mieux

Cette baisse des rapports sexuels est une bonne chose, car cela signifie que le consentement est aujourd’hui primordial dans les relations. Il y a 40 ans, rappelle Benjamin Muller, 3 femmes sur 4 "se forçaient" à avoir des rapports contre 1 femme sur 2 aujourd’hui. Cela signifie que lorsqu’une femme n’a pas envie, elle le verbalise. Ce phénomène de consentement dans le couple a notamment émergé avec le mouvement #MeToo et fait peu à peu disparaître la notion de "devoir conjugal" qui dans certains cas peut être une porte d’entrée au "viol conjugal". 

Ce n’est pas quantité, mais la qualité qui compte. Si les Français font moins l’amour, ils le font mieux, avec plus d’envie et d’enthousiasme. François Kraus, directeur du pôle Politique et actualités de l’Ifop, il y a aussi l’idée qu’aujourd’hui, "on n’est pas obligé d’avoir une vie sexuelle intense ou trépidante pour réussir son couple".


Sabine BOUCHOUL | Chronique : Benjamin MULLER

Tout
TF1 Info