Des idées simples, rapides et originales pour souhaiter ses vœux en 2024

par Virginie FAUROUX | Reportage vidéo Marie Croccel, Guillaume Vuitton
Publié le 2 janvier 2023 à 12h57, mis à jour le 2 janvier 2024 à 13h28

Source : JT 20h WE

Si vous n'avez pas encore adressé vos vœux pour 2024, pas de panique, vous avez encore tout le mois de janvier pour le faire.
Mais sortir des banalités habituelles n'est pas une mince affaire.
Voici quelques conseils.

C'est la tradition de janvier à laquelle personne ne peut échapper. Souhaiter ses vœux est un passage obligé, mais lesquels formuler en cette nouvelle année sans tomber dans le convenu et le répétitif ? Car avouons-le, au moment d'envoyer nos vœux, le confort des formules toutes faites est une tentation assez répandue. On promet amour, paix, santé et bonheur, et le tour est joué. Mais cette année, vous avez décidé de sortir des sentiers battus. Voici quelques clés pour réussir vos vœux 2024.

On opte pour des cartes aux designs innovants

Pour que votre destinataire garde en mémoire votre message, utilisez des couleurs audacieuses et des images percutantes. Pour vous aider, certaines papeteries ne manquent pas de ressources, à l'image de "L'écritoire", dans le 3ᵉ arrondissement de Paris, où se rendent les caméras de TF1 dans la vidéo en tête de cet article. Ici, les cartes joliment illustrées feraient presque oublier le manque d'inspiration. "On peut souhaiter par exemple 'des petites graines plantées', c'est joli pour 2023. Ou 'le ciel bleu' ou 'des roulades sur le gazon', c'est autre chose que les vœux habituels", indique Marie Moniquet. Les cartes de vœux permettent également à chacun d’exprimer sa créativité personnelle en choisissant un design original qui reflète son style propre ou celui du destinataire.

On privilégie "la voie postale"

Et ne croyez pas qu'à l'heure du SMS, la forme écrite soit tombée en désuétude. Pour Sébastien Talon, professeur de savoir-vivre à la Belle École, établissement parisien spécialisé dans l'"art de vivre à la française", "la voie postale paraîtra plus formelle et valorisée que le SMS", plus familier. La règle est simple : "Plus la personne est importante, plus on privilégiera la dimension postale, et donc écrite, manuscrite. Une carte avec un message préimprimé ne suffit pas", fait-il valoir dans cet article publié sur notre site

D'ailleurs, si on remonte aux origines de cette tradition ancestrale, la carte de vœux prend son essor au XIXe siècle, au moment de l'apparition du timbre. D'abord en Angleterre, puis en France. Le mot "vœux" lui-même compte quelques années de plus, il faut remonter à l'antiquité, comme l'explique le lexicologue Jean Pruvost : "Ce mot vient de voveo & votum. Votum, voilà l'origine et de 'vote' et de 'vœu'. Dans le fond, quand on appelle de ses vœux une candidate ou un candidat, c'est le mot voter qui vient. On voit bien que 'vœu' et 'vote' sont la même chose", dit-il. 

On ne choisit pas n'importe quels mots

Que ce soit pour souhaiter l’amour ou encore la prospérité, trouver les bons mots peut être difficile. Surtout quand il s'agit de présenter ses vœux à son patron ou à ses collègues. Un conseil, évitez les registres de la santé, trop intime, et de l'humour, trop glissant. Les jeux de mots sont d'ailleurs à proscrire aux yeux de Sébastien Talon : "À l'écrit, l'humour ne passe pas, et on ne sait jamais dans quel état d'esprit est la personne qui va recevoir le message". Il faut également éviter de parler d’argent, une barrière culturelle en France. Et surtout, "faire attention, dans le contenu des messages, à ne pas rappeler des éléments qui ont été négatifs et problématiques" au cours de l’année écoulée. 

Pour le reste, rien ne vaut la plume d'une spécialiste. Marion de la Forest Divonne est l'auteure du livre Réinventer sa vie professionnelle quand on vient de la commencer. Interrogée par TF1, elle conseille, par exemple, pour une personne qui va commencer un nouveau poste, de lui "souhaiter beaucoup d'épanouissement dans ce nouveau chapitre professionnel". "Ce qui est sympa, c'est vraiment d'avoir des adjectifs et des mots qui collent au contexte de la personne et à son secteur", ajoute-t-elle. 

On suit un certain protocole

Quoi qu’il en soit, pensez toujours au destinataire afin de choisir le message qui lui conviendra le mieux. Mais pas n’importe comment si l’on veut respecter un certain protocole. N’attendez pas ainsi que votre grand-mère vous présente ses vœux pour lui répondre, car c’est plutôt à vous de prendre les devants : "Dans les familles, c'est le cadet qui doit présenter le premier ses vœux à l’aîné", souligne Sébastien Talon. De la même manière, "en ce qui concerne son patron, c'est le subordonné qui doit d’abord les adresser à son supérieur hiérarchique". Et "dans le cadre des relations commerciales, c'est le fournisseur qui va s'adresser à son client, pour lui marquer une certaine forme d'importance".

Enfin, pour ceux à qui l’exercice donne des sueurs froides : le protocole laisse un mois entier pour s’y plier, jusqu’au 31 janvier. Mais attention tout de même à ne pas trop tarder. "Idéalement, on envoie ses vœux dans la première quinzaine", explique Sébastien Talon, qui préconise aux retardataires de ne pas dépasser la date du 25, afin d’être sûr que leurs destinataires les reçoivent à temps et d’éviter de leur donner le sentiment qu’ils ont été négligés.


Virginie FAUROUX | Reportage vidéo Marie Croccel, Guillaume Vuitton

Tout
TF1 Info