Les fortes chaleurs rendent le port du masque difficile. A chacun sa technique pour éviter de la moiteur.

Avec 27 degrés à 9 heures et 30 degrés à midi, le mercure monte et le masque descend. Il glisse du nez jusqu'au poignet. "C'est moite, surtout quand on le garde toute la journée par cette chaleur", lance un passant. "En hiver, le masque ne me dérange pas, mais l'été c'est insupportable", ajoute un autre. Alors, chacun a sa philosophie et son style en le gardant soit à l'oreille soit à la main. Pour certains, c'est trop dur et tous les prétextes sont bons pour le retirer.

Sous les masques, ça chauffe mais on se demande si ça brûle. Nous obtenons la réponse chez un pharmacien. "Les masques chirurgicaux font trois couches et donc trois épaisseurs. Normalement, les rayons UV ne passent plus à travers le masque", explique Hugo Beaufils. Mais pour tous les moments où le masque glisse, la crème solaire est recommandée sur tout le visage, et ce, dès le matin.

Un jeune garçon de huit an et demi, lui, a un tout autre problème avec le masque : "ça me fait gratter et ça me donne des boutons". Le pharmacien recommande alors de le changer toutes les deux heures et de respirer par le nez pour éviter l'humidité.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info