Après une semaine de mobilisation, le mouvement des agriculteurs s'est amplifié.
Ce mercredi 24 janvier, des manifestants se sont rassemblés devant la préfecture d'Agen, dans le Lot-et-Garonne.
Après avoir brûlé du fumier devant le bâtiment officiel, ils l'ont aspergé de purin.

Les agriculteurs ont déversé leur colère devant la préfecture d'Agen. Au bout d'une semaine, le mouvement de colère qui touche le monde paysan s'est amplifié. Après des blocages, des agriculteurs s'en sont pris ce mercredi 24 janvier à la préfecture du Lot-et-Garonne à Agen, où des représentants des syndicats professionnels ont exprimé leurs doléances auprès du préfet.

Aucune interpellation

En fin d'après-midi, après la réunion, les manifestants s'en sont pris au bâtiment. Après avoir déversé devant la préfecture des pneus usagers et du fumier, ils y ont mis le feu. Un tracteur a ensuite aspergé du purin sur les murs, recouvrant la façade. "On n'a rien obtenu, on nous a baladés encore une fois", a dénoncé auprès de LCI Karine Duc, viticultrice et co-présidente de la Coordination rurale 47, filière du syndicat agricole Coordination rurale, à propos de la réunion qui a eu lieu à la préfecture.

"On ne demande pas grand-chose, on ne demande pas le discours en entier du Premier ministre, on demande juste deux trois mesures de façon à ce que les gens puissent calmer un peu leur colère", a-t-elle poursuivi. De son côté, le ministère de l'Agriculture a fait savoir que cette réunion avait été convoquée "dans une perspective d'apaisement" et non pour donner des réponses.

"L'objectif, annoncé avant la réunion, était d'écouter les problématiques du département et non de présenter des propositions de réponses. Comme annoncé par le ministre et le Premier ministre, les annonces seront faites d'ici vendredi. Il n'a pas été question de les transmettre lors de cette réunion notamment, car le travail de consolidation et de consultation est encore en cours", a rappelé le ministère.

Cela n'a semble-t-il pas suffi aux agriculteurs mobilisés sur place. Suite à la dégradation de la préfecture par les agriculteurs, aucune interpellation n'a été faite à 18 heures. Des CRS ont été déployés autour du bâtiment et restent mobilisés, mais aucune consigne d'intervention n'a été passée.


A. Lo.

Tout
TF1 Info