Les agriculteurs de la "Coordination rurale" du Lot-et-Garonne sont montés à Paris pour bloquer le marché de Rungis.
Signe distinctif des membres de ce syndicat né dans le Gers en 1991 ? Un bonnet jaune, porté par la plupart de ses membres.

On les retrouve depuis des années dans la plupart des manifestations d'agriculteurs. Largement mobilisés ces derniers jours, les membres de la Coordination rurale (CR) sont à nouveau présents sur les barrages sur les routes de France, et tout particulièrement à Agen, l'un des points les plus chauds du mouvement de colère du monde paysan. C'est d'ailleurs de là, du Lot-et-Garonne, que la branche départementale de la CR a annoncé sa volonté de "monter à Paris"  pour rallier le marché de Rungis. 

Signe distinctif du syndicat ? Un bonnet jaune, porté par la plupart de ses adhérents. "Le bonnet, c'est parce qu'il fait froid et le jaune, ça fait 30 ans que c'est la couleur de la Coordination rurale", résumait Karine Duc, viticultrice et co-présidente de la CR 47 sur BFMTV.

15.000 adhérents

L'histoire de la Coordination rurale a débuté en 1991 dans le Gers avec la publication d'un manifeste appelant toute la ruralité à s'opposer "unitairement" à la politique agricole commune (PAC). Le mouvement est créé à l'initiative de paysans déçus de l'attitude des grandes organisations syndicales agricoles. Il est guidé par un seul mot d'ordre : non à la réforme de la PAC. En 1994, le mouvement se constitue officiellement en syndicat, baptisé Coordination Rurale-Union Nationale. Le but affiché a longtemps été de "contrer partout la FNSEA".

Au niveau national, la Coordination rurale est la deuxième organisation syndicale derrière l’historique Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA). Elle revendique 15.000 adhérents. Elle est particulièrement bien implantée dans certains territoires : c'est le cas du Lot-et-Garonne, où elle contrôle depuis deux décennies la Chambre d'agriculture départementale. C'est là-bas que de nombreuses actions coup de poing ont eu lieu : autoroute bloquée, préfecture et hypermarchés recouverts de lisier, trafic ferroviaire coupé… Des actes largement diffusés dans les médias qui ont permis aux "bonnets jaunes" de se faire connaitre encore un peu plus.


T.G.

Tout
TF1 Info