Rafle du Vél d’Hiv : Emmanuel Macron dénonce l’antisémitisme "rampant" et ceux qui falsifient l'Histoire

LC.
Publié le 17 juillet 2022 à 18h34
JT Perso

Source : TF1 Info

Le chef de l’État a commémoré ce dimanche le 80e anniversaire de la Rafle du Vél d’Hiv.
À cette occasion, il a inauguré un nouveau lieu de mémoire dans l’ancienne gare de Pithiviers (Loiret).

Moins d'un siècle après, la plaie reste toujours vive dans l'Histoire. Ce dimanche 17 juin, Emmanuel Macron a commémoré le 80e anniversaire de la Rafle du Vél d'Hiv en inaugurant, en compagnie de rescapés, un nouveau lieu de mémoire dans l’ancienne gare de Pithiviers (Loiret). Accompagné de plusieurs personnalités, le président de la République a évoqué les "heures noires" qui "souillent notre histoire" et souligné "la responsabilité de la France" dans cet événement.

"Ces heures noires souillent à jamais notre Histoire"

Ces jours-là, "des milliers de familles basculèrent en plein cauchemar, simplement parce qu’elles étaient juives", a rappelé le chef de l'État. "Dans cette antichambre des camps (...), des familles se chuchotaient des mots en yiddish pour se rassurer, pour se dire que la France ne ferait jamais ça. Pourtant, la France le fit, l’État français le fit", a-t-il asséné, avant de reprendre les mots de Jacques Chirac. "Ces heures noires souillent à jamais notre Histoire. La France ce jour-là accomplissait l'irréparable."

Mais "nous n'en avons pas fini avec l'antisémitisme. Il est encore plus brûlant, rampant, qu'il ne l'était en 1995 dans notre pays", a-t-il fustigé, dénonçant le révisionnisme. Désormais, il "prend d'autres visages, se drape dans d'autres mots, d'autres caricatures", a-t-il estimé, évoquant tour à tour la "barbarie terroriste", les "assassinats et crimes", les résurgences sur "les réseaux sociaux" ou les "profanations de tombes".

"Ni Pétain, ni Laval, ni Bousquet, ni Darquier de Pellepoix, aucun de ceux-là n'a voulu sauver des Juifs. C'est une falsification de l'histoire que de le dire", a encore ajouté le président, suscitant une salve d'applaudissements. "Ceux qui s'adonnent à ces mensonges ont pour projet de détruire la République et l'unité de la Nation", a-t-il fustigé. Des propos qui font visiblement référence à ceux de l'ex-polémiste Eric Zemmour. À de nombreuses reprises, le candidat d'extrême droite à la présidentielle avait assuré que le maréchal Pétain avait "sauvé" des juifs français lors de la Seconde guerre mondiale.

Le chef de l'État a donc appelé "les forces républicaines de notre pays" à "redoubler de vigilance". "Cette Histoire-là, nous continuerons de la rappeler contre l’oubli, nous continuerons de l’enseigner contre l’ignorance", a-t-il terminé.

Lire aussi

Plus tôt dans la journée, la Première ministre s'était rendue à l’emplacement de l’ancien vélodrome, à Paris. "Oui, ces jours de juillet, la France a perdu un peu de son âme. (…) Pour garder son honneur, notre pays doit regarder son histoire en face", a-t-elle indiqué.


LC.

Tout
TF1 Info