La France face à une sécheresse majeure

Face au manque d'eau, cette commune de l'Aveyron a déjà trouvé une solution

M.D. | Reportage TF1 Thomas Jarrion, Marine. Chaize et Marion Larradet
Publié le 9 août 2022 à 15h35
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Après un mois de mai anormalement chaud et sec, trois épisodes de canicule se sont succédé en un peu plus de deux mois.
Conséquence directe, aujourd’hui 93 départements sont soumis à des restrictions d’eau, alors que les nappes phréatiques sont au plus bas.
Dans le sud de la France, certaines communes, comme Rodez, s’organisent pour faire face à cette sécheresse.

À Rodez comme ailleurs, les eaux usées sont filtrées puis traitées dans une station d’épuration, avant d’être rejetées pour l’immense majorité dans la nature. Le hic, c’est que cette eau, bien que "dépolluée", reste impropre. Et, pour des raisons sanitaires évidentes, on ne peut pas l’utiliser pour le nettoyage des rues, l’entretien des espaces verts ou encore l’irrigation agricole.

La France en retard dans le recyclage de l'eau

Au centre d’épuration de Bénéchou, à Olemps dans l’Aveyron, un nouveau système de filtration a récemment été installé afin de recycler une partie de cette eau. "Elle passe dans un tube avec une lampe à UV", explique Sylvain Fleury, technicien d’exploitation, dans la vidéo en tête de cet article. De quoi économiser, potentiellement, des millions de mètres cubes d'eau potable utilisés jusqu’alors.

De manière générale, la France recycle moins de 1% de ses eaux usées, contre 8% en Italie et 15% en Espagne, d'après les chiffres fournis par Veolia, le leader mondial du recyclage et de la gestion des eaux. Un écart qui s’explique en partie par le fait que notre pays abrite quelque 10.000 fleuves et rivières sur son territoire. Si bien qu’on a longtemps cru être l’abri du manque d’eau. Mais avec le réchauffement climatique, les sécheresses vont se multiplier, d’où la nécessité de la recycler. 

Cette carte montre le pourcentage d'eau recyclée par pays. - TF1
Lire aussi

Mais les freins sont nombreux comme l’explique au micro de TF1 Julie Mendret, chercheuse à l'Université de Montpellier. "Il va y avoir un frein au niveau de la réglementation qui est lourde, contraignante. Il faut cinq ans en moyenne pour monter un dossier de réutilisation des eaux usées", souligne cette spécialiste. Il y a aussi la question du coût. Pour utiliser l'eau recyclée, il faut construire un tout nouveau réseau d'acheminement. Pour encourager les pays à aller dans ce sens, l'Europe pourrait mettre en place des aides financières et assouplir la réglementation.


M.D. | Reportage TF1 Thomas Jarrion, Marine. Chaize et Marion Larradet

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info