La France retrouve le confinement

Confinement : la Nièvre, le Rhône et l’Aube sur la sellette

Publié le 24 mars 2021 à 19h59, mis à jour le 24 mars 2021 à 21h07
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Une dizaine de départements est sous haute surveillance, notamment parce que leur taux d'incidence y est très élevé ainsi que le nombre de patients en réanimation. La Nièvre, le Rhône et l’Aube pourraient être parmi les premiers à basculer.

Ils sont dans le viseur des autorités. Trois nouveaux départements pourraient s'ajouter aux 16 déjà concernés par des mesures de freinage de l'épidémie. Dans le Rhône, le taux d'incidence approche la barre des 400. Et dans une pharmacie de Villeurbanne, le nombre de demandes de test est un indicateur de la progression du coronavirus. Il a augmenté de 50% depuis un mois. Dans l'ensemble du département, le nombre de cas positif a augmenté de 58% en un mois. Pour Dr Tiphaine Chader, médecin généraliste à Lyon, il est urgent d'agir.

Autre département sous surveillance, l'Aube, qui affiche 446 cas pour 100 000 habitants. Cette accélération de la circulation du virus s'explique notamment par la poussée du variant anglais. Il y représente 85% des cas détectés. Et le nombre de patients en réanimation s'approche des niveaux de la deuxième vague. Ainsi, à Troyes, l'hôpital pourrait arriver à saturation dans les prochains jours.

Dernier département menacé, la Nièvre. C'est une surprise, car le taux d'incidence est bien moins élevé que dans les deux autres départements. Mais il a doublé depuis le début du mois, et c'est ce qui inquiète les autorités sanitaires. "Pourquoi pas un bon confinement d'un mois ou d'un mois et demi, mais la vaccination sera à gogo ? ", souhaite une habitante. Mais pour Annick Perdric, gérante de la Bijouterie Berlot à Cosne-Cours-sur-Loire, ce serait un nouveau coup dur.

Enfin, en Martinique où l'épidémie repart, la préfecture a annoncé un couvre-feu à compter de 22 heures à 6 heures pour trois semaines.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info