Le WE

Confinement : le blues des étudiants

Publié le 6 décembre 2020 à 20h12, mis à jour le 6 décembre 2020 à 22h48
JT Perso

Source : JT 20h WE

Voilà neuf mois que les étudiants suivent leurs cours à distance ou en pointillés. Vendredi, Emmanuel Macron a évoqué la possibilité d'une réouverture anticipée des universités, et ce dès janvier. C'est toute une génération qui se sent à l'arrêt.

Evy nous a confié se sentir un peu comme son poisson rouge, à tourner en rond dans sa chambre d'étudiante. Elle n'a vu aucun professeur, aucun camarade de classe depuis un mois. En première année d'anglais et chinois, tous ses cours arrivent par mail. "Les deux premières semaines, j'étais vraiment déterminée. Je me suis dit qu'il faut que je réussisse mon année quoi qu'il arrive. Après c'est vrai que quand on voit que ça continue, la motivation, elle baisse", a-t-elle raconté.

Petit à petit, elle dort moins bien et perd l'appétit. "Je n'ai plus envie de rien. C'est fatigant de ne plus rien faire. Tous les jours sont pareils, il n'y a rien qui change. Ce n'est même plus une routine. On est là et on doit attendre que ça se passe", a-t-elle expliqué.

Quant aux sorties, une heure par jour à la campagne autour de chez ses grands-parents, ce n'est pas vraiment ce dont elle rêvait. "On m'avait dit : tu verras, tu vas pouvoir sortir, aller danser, faire des restos avec tes copains, tu vas voir c'est la liberté, le permis, partir en vacances entre potes... Et au final, il n'y a rien de tout ça", a regretté l'étudiante.

50% des jeunes en confinement souffrent de la solitude selon l'Observatoire national de la vie étudiante. Ils sont nombreux à sentir le besoin de se confier. Sur la plateforme Nightline, des étudiants échangent anonymement et avec empathie. En novembre, trois nouvelles antennes ont ouvert à Lyon, à Lille et à Sarclais. Le nombre d'appels a doublé par rapport à l'année dernière.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info