Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

"Je suis très inquiet pour le 14 juillet" : pour ce membre du Conseil scientifique, une 2e vague de Covid-19 ne fait "aucun doute"

La rédaction de LCI
Publié le 9 juillet 2020 à 13h42
JT Perso

Source : TF1 Info

CORONAVIRUS - Invité sur LCI ce jeudi, Pierre-Louis Druais, membre du Conseil scientifique et médecin généraliste, a à son tour tiré la sonnette d'alarme quant à une reprise de l'épidémie qui, selon lui, ne fait plus "aucun doute".

"Je ne voudrais pas qu'on ait un réveil douloureux à la fin de ce mois". En pleine offensive concertée de la communauté scientifique face au relâchement observé dans les comportements des Français et au risque d'une deuxième vague de l'épidémie de coronavirus, Pierre-Louis Druais, membre du Conseil scientifique et médecin généraliste, a à son tour tiré la sonnette d'alarme ce jeudi sur LCI. Selon lui, un rebond est désormais inéluctable.

"La deuxième vague ne fait aucun doute, la seule problématique encore inconnue c'est quand et comment", a-t-il ainsi déclaré.

Lire aussi

Ce doit être "une conscience collective"

S'agissant de la période à laquelle cette reprise de l'épidémie pourrait se manifester, Pierre-Louis Druais a évoqué "la période d'octobre novembre", précisant que cela "va être conditionné par le comportement que nous aurons tous face à cette pandémie et face au fait que le virus circule."

Rappelant que "le virus n'est pas inactif et qu'il circule si nous sommes, dans des situations de circulation nous aussi, sans mettre en place les mesures barrière", il a invité chacun à ne pas baisser la garde. 

"On voit trop en ce moment de personnes qui sont regroupées avec des distances qui ne sont pas respectées, pire encore avec l'absence de masque", a-t-il déploré, précisant que "quelque soit l'age de ces personnes, adultes jeunes, adultes plus matures, et personnes âgées à risque, il est fondamental que le respect de ces mesures barrières soit mis en place et que ce soit une conscience collective."

Inquiétude pour le 14 juillet

Selon lui, si la France connait actuellement une situation "plutôt raisonnable" en termes de circulation du virus, "on voit qu'il y a des clusters et que certaines régions qui n'étaient pas touchées de façon considérable pendant la grosse période de février mars font l'objet de clusters inquiétants". 

Citant l'exemple de la Mayenne, il a également évoqué celui de l'Allemagne qui "nous montre que ce virus fait la fête comme les Français continuent à le faire". Et de poursuivre sur ce point :  "Je dois dire que j'ai été assez atterré de voir comment, sur la période de la fête de la musique, le non-respect de ces mesures était en place, et je suis très inquiet par exemple par rapport au 14 juillet.

Et pour cause, "entre un comportement inadapté de groupe et les conséquences, il se passe une petite quinzaine de jours", a-t-il rappelé pour conclure.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info