La France retrouve le confinement

Grands oubliés de la vaccination, les infirmiers libéraux dénoncent une aberration

M.D.
Publié le 24 mars 2021 à 14h16, mis à jour le 24 mars 2021 à 14h44
JT Perso

Source : TF1 Info

RENFORT - Les infirmiers libéraux, en première ligne dans la bataille contre l'épidémie de Covid-19, ne sont toujours pas autorisés à vacciner leurs patients. Une aberration pour ces professionnels de santés.

Le gouvernement veut accélérer la vaccination contre le Covid-19. Encore faut-il avoir suffisamment de doses, mais aussi de bras. À ce jour, 6,1 millions de personnes ont reçu au moins une injection, dont 2,4 millions leurs deux doses. L'objectif est toujours d'avoir vacciné 10 millions de Français mi-avril, 20 millions mi-mai, puis 30 millions à la mi-juin. Mais il va falloir tenir la cadence. Et à l'instar des vétérinaires, eux-aussi mis sur la touche jusqu'à présent, les infirmiers libéraux souhaitent prêter main forte et ne comprennent pas pourquoi on ne fait pas appel à eux. Au nombre de 130.000 dans l’Hexagone, leur apport semble pourtant indispensable pour parvenir aux objectifs fixés par l'exécutif.

En première ligne dans la lutte contre le Covid-19 depuis plus d’un an, Carine Gaillard, infirmière libérale à Saint-Loubès, parcourt 150 kilomètres chaque jour pour se rendre au chevet de ses patients. Mais la soignante attend toujours le feu vert des autorités afin d’être autorisée à procéder aux injections. "On ne peut pas vacciner alors qu’il y a une réelle demande", déplore cette professionnelle de santé, qui vaccine ses patients contre la grippe depuis dix ans. Aberrant, dit-elle, d’autant que sa patientèle est constituée principalement de profils à risques. "La plupart du temps, ces personnes font appel à des soins à domicile, car elles ne peuvent pas se déplacer", souligne la soignante.

Les infirmiers sont tout à fait capables, et parfois même mieux que nous,

Le Dr Nathalie Meyer, médecin généraliste à Lormont

C’est le cas justement de Maria, 92 ans, qui habite chez sa fille. La nonagénaire est éligible au vaccin contre le Covid-19. Mais elle se déplace en fauteuil roulant et difficile pour elle de se rendre dans un centre de vaccination du fait de son état de santé. "Les pharmaciens et même les vétérinaires peuvent vacciner, alors pourquoi pas les infirmières ? C’est totalement absurde", fulmine son gendre. Surtout que, selon Carine Gaillard, ce serait relativement simple à mettre en place. "On pourrait imaginer faire des tournées dédiées uniquement à la vaccination, comme c’est déjà le cas pour les tests antigéniques ou les PCR", soutient-elle.

Lire aussi

S’ils ne peuvent pas vacciner leurs patients, les infirmiers libéraux sont autorisés à procéder aux injections dans les centres de vaccination. Mais uniquement sous la supervision d’un médecin chargé d’effectuer la consultation pré-vaccinale et la surveillance des éventuels effets secondaires. "Les infirmiers sont tout à fait capables, et parfois même mieux que nous, d’effectuer ce type de soins et de gérer un éventuel anaphylactique", estime le Dr Nathalie Meyer, médecin généraliste à Lormont (Gironde). Elle se dit  étonnée que les infirmiers ne soient toujours pas autorisés à vacciner. "Le lobby des infirmiers est peut-être moins puissant que d’autres ?", interroge-t-elle. L’exécutif a indiqué de son côté qu'il attendait encore l’avis de la Haute autorité de Santé (HAS). Et sans doute aussi la livraison de doses en plus grand nombre.


M.D.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info