Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : faudra-t-il vacciner les enfants ?

Publié le 10 avril 2021 à 20h11, mis à jour le 11 avril 2021 à 17h08
JT Perso

Source : JT 20h WE

L'essentiel

La campagne vaccinale s’ouvrira dès la semaine prochaine aux enseignants de plus de 50 ans en contact avec des élèves handicapés. Et si nous en sommes encore très loin, certains commencent à envisager la vaccination des enfants.

Pas encore majeur mais déjà vacciné. À New-York, les jeunes de plus de 16 ans peuvent désormais bénéficier du vaccin Pfizer. “J’ai vu mes parents et ma sœur, qui est infirmière, se faire vacciner. J’espère que ça nous permettra de retrouver une vie normale”, nous confie ce jeune Américain. Les plus de douze ans devraient bientôt pouvoir entrer dans la campagne de vaccination aux États-Unis et en Israël. Pfizer vient de démontrer une efficacité de 100% de son vaccin chez les 12-15 ans. D’autres laboratoires font des essais cliniques dès l’âge de six mois.

Mais pourquoi vouloir vacciner les enfants alors qu’ils développent très peu de formes graves du Covid ? Tout simplement parce qu'ils restent des transmetteurs actifs du virus, explique le Pr Vincent Maréchal, professeur de virologie à Sorbonne Université : “On peut quand même rappeler qu’en France, ces dernières semaines, 20% des nouveaux cas sont survenus dans la tranche 0-18 ans. Donc, le virus circule activement chez les enfants. En les vaccinant, il s’agit aussi d’éviter que les enfants constituent un réservoir dans l’avenir pour le virus”.

Pour l’instant, dans l’Hexagone, les moins de 18 ans ne sont pas inclus dans le calendrier vaccinal prévu jusqu’à l’été. Mais selon l’Institut Pasteur, la vaccination des mineurs sera indispensable pour lever totalement les restrictions et les gestes barrières. Avec l’arrivée de variants plus contagieux, il faudrait que 90% de la population adulte soit vaccinée pour atteindre l’immunité collective. Ce qui est irréalisable ! Mais en vaccinant plus largement, de 0 à 64 ans, il suffirait d’atteindre 69% de cette population pour freiner le virus.