Covid-19 : le défi de la vaccination

VIDÉO - Faussement vaccinée, elle meurt du Covid à l'hôpital : son mari témoigne

A. LG
Publié le 11 décembre 2021 à 21h18, mis à jour le 11 décembre 2021 à 22h15
JT Perso

Source : TF1 Info

RÉACTIONS - Au lendemain de l'annonce du décès dans un hôpital francilien d'une femme qui s'était procuré un faux certificat de vaccination, son époux et le chef du service réanimation à l'origine de la révélation ont livré leurs témoignages à LCI.

"Elle ne s'en sortira pas". L'époux d'une patiente décédée du Covid, après avoir été admise à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine) assurant qu'elle était vaccinée, munie d'un faux pass sanitaire acheté à un médecin, est revenu pour LCI sur les jours qui ont précédé sa disparition. "Je lui ai dit : c'est pas possible", se souvient ce dernier en relayant les paroles du professeur qui l'a reçu un "jeudi matin", pour lui annoncer que sa femme avait "des symptômes du Covid grave".

"Je lui dis : est-ce qu'elle a une chance de s'en sortir ?", se rappelle-t-il avoir insisté, avant d'entendre à nouveau "non, aucune chance". Et de poursuivre son récit : "Je lui dis 'c'est pas possible' (...) je vais la voir tous les jours, et le jeudi d'après ils la mettent en coma artificiel et l'intubent".

"Son épouse, c'est une victime"

Dans la foulée de ce témoignage, Djillali Annane, le chef du service réanimation de l'hôpital Raymond-Poincaré, à l'origine de la révélation de cette affaire, a, lui aussi, souhaité s'exprimer. "Le message que je veux faire passer, c'est que son épouse, c'est une victime", a-t-il expliqué au micro de LCI. 

Et de détailler : "Une double victime, d'abord du virus Sars-Cov-2, qui cause la Covid-19 et qui, y compris lorsqu'on n'est pas atteint de maladie chronique et lorsqu'on n'est pas vacciné, peut vous conduire à une forme sévère et fatale. Ensuite cette patiente a également été victime d'un système de personnes malhonnêtes qui lui ont fait croire très fortement qu'il ne fallait pas se faire vacciner mais au-delà de ça qu'il fallait faire comme si l'on était vacciné et donc en passer par un faux document que lui ont délivré ces personnes malhonnêtes qui lui ont martelé qu'il ne fallait pas révéler que l'on n'était pas vacciné". 

"Ça, c'était la tromper et ça lui a probablement fait perdre des chances considérables", a poursuivi le médecin appelant les patients non vaccinés à ne pas le dissimuler aux médecins. "D'abord, si elle était vaccinée elle aurait eu beaucoup moins de risque d'être contaminée et deuxièmement vaccinée elle aurait moins de risque de faire une forme sévère avec cette évolution aussi explosive", a-t-il rappelé. Enfin, estime-t-il, "si elle n'avait pas dissimulé son absence de vaccination précocement dans sa prise en charge on lui aurait administré des anticorps neutralisants dont on sait qu'ils peuvent diminuer le risque de développer une forme sévère".


A. LG

Tout
TF1 Info