Le WE

Croisières : un protocole sanitaire strict mais des offres alléchantes

M.D.
Publié le 10 juin 2021 à 10h05
JT Perso

Source : JT 20h WE

VACANCES D'ÉTÉ - Les croisières font leur grand retour et retrouvent enfin les touristes, plus d'un an après leur arrêt. Mais à bord, on ne plaisante pas avec les règles sanitaires. Une équipe de TF1 a embarqué en Italie.

Le mois dernier, après une longue d’interruption, les paquebots ont fait leur retour en Méditerranée, dans un nombre de pays encore restreint, et avec des conditions sanitaires plus ou moins strictes pour les croisiéristes. Avant de monter à bord, les passagers sont longuement contrôlés. Un test PCR de moins de 48 heures est requis. Prise de température, vérification de l’identité, contrôles des bagages. Près d’une heure, en tout et pour tout. 

Et ce n’est pas encore fini pour les passagers de ce paquebot dans lequel TF1 vous embarque dans le reportage en tête de cet article, puisqu’il faut de nouveau effectuer un test PCR avant de pouvoir rejoindre sa cabine. C’est enfin l’heure de lever l’ancre pour les passagers de  : direction Gène, au départ de la ville de Civitavecchia près de Rome en Italie. "C’est très émouvant (…) Tout le monde est resté enfermé et a envie de voyager", lance, tout sourire, une vacancière.

Covid oblige, le nombre de passagers à bord ne doit pas dépasser 70% de la capacité du navire. Ce jour-là, le taux de remplissage est seulement de 30%, l’équivalent d’environ 1300 personnes, dont quelques touristes français. "On se sent vraiment en sécurité. On a l’impression de retrouver un petit goût de la vie d’avant", explique l’un d’eux. "Tout ce qu’on nous demande, c’est un peu contraignant. Mais après, finalement, c’est que du bonheur sur place et on profite", abonde un autre. "S’il n’y avait pas le Covid, il y en aurait plus d’ambiance. Il y a moins d’activités que d’habitude mais on ne va pas se plaindre", témoigne une adolescente.

Piscines et toboggans sont accessibles mais à des créneaux horaires bien définis. Le port du masque est obligatoire dans les espaces publics et pendant les activités, y compris sportives. Globalement, la mesure est plutôt bien respectée par les passagers. Dans les nombreux restaurants que compte le navire, l’équipage prend la température des passagers avant chaque repas. "Le plus grand changement, c’est que les clients ne se servent plus eux-mêmes", explique un membre du personnel. 

Nous avons mis en place un protocole qui dépasse tout ce qui peut être fait à terre

Patrick J. Pourbaix, directeur général France, Belgique et Luxembourg chez MSC Croisières

La grande majorité des passagers sont des habitués, mais certains ont profité des prix attractifs pour s’essayer à ce nouveau mode de vacances, à l’instar de cette mère de famille accompagnée son fils. "Je me suis dit qu’il y aurait beaucoup moins de monde avec le Covid, et que c’était justement l’occasion de tester. Effectivement, c’est assez calme", rapporte-t-elle. Peut-être même un peu trop. En témoignent les immenses couloirs déserts. Dans l’atrium, la diva pousse la chansonnette devant un public invisible. Et la discothèque, comme celles sur terre, garde portes-closes. La clientèle peut toutefois profiter du bowling et du casino ainsi que des traditionnels spectacles. Mais les représentations sont moins nombreuses que d’ordinaire, car elles nécessitent de désinfecter la salle après chacune d’elles.

Un protocole strict qu'assume la compagnie. "Le bateau de croisière est certainement l’endroit le mieux sécurisé. Nous avons mis en place un protocole qui dépasse tout ce qui peut être fait à terre. On peut payer à distance, un badge au poignet pour ouvrir sa cabine", souligne Patrick J. Pourbaix, directeur général France, Belgique et Luxembourg chez MSC Croisières. Les vacanciers, eux, ne s'en plaignent pas. Originaire de Bordeaux, ce touriste a été surclassé dans une cabine avec vue sur mer. "J'ai payé 465 euros. Ce n’est pas cher, quand on sait tout ce qu’on peut faire ensuite sur le bateau. Les boissons à volonté, je vais au restaurant tous les soirs", témoigne-t-il. Malgré des offres attractives et la jauge réduite, cette compagnie indique qu’elle ne perd pas d’argent. 

Lire aussi

En France, la reprise des croisières est programmée pour le 30 juin. Les réservations repartent doucement mais sauf changement inattendu, sur ces villages flottants, au mieux une cabine sur deux sera occupée pendant la saison estivale.


M.D.

Tout
TF1 Info