La France face à une 3e vague d'ampleur

Covid-19 : polémique dans un village de l'Yonne après un flashmob au marché

LG
Publié le 27 avril 2021 à 18h29, mis à jour le 27 avril 2021 à 18h34
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

CRISE SANITAIRE - Une vingtaine de personnes se sont réunies dimanche au marché de Charny-Orée-de-Puisaye, dans l'Yonne, pour réclamer la réouverture des lieux culturels, bravant la distanciation sociale. Si la maire de la commune a annoncé qu'elle déposerait plainte, les habitants sont divisés.

Ils étaient une vingtaine ce dimanche à entonner la chanson devenue l'hymne des rassemblements anti-confinement, "danser encore", du groupe HK et les Saltimbanks, devant la Halle du marché de Charny-Orée-de-Puisaye, dans l'Yonne. Problème, les distanciations n'étaieNaux Vansnt pas respectées et peu des participants à ce mouvement citoyen réclamant la réouverture des lieux de culture portaient le masque. La maire de la commune, Elodie Ménard, a très rapidement annoncé qu'elle porterait plainte. Les habitants, eux, sont divisés.  

Dans un communiqué, la maire a affirmé qu'elle déposerait "une plainte contre X à la gendarmerie." "Ce qui m'indigne, c'est de ne pas avoir respecté les gestes barrières", confie l'élue, qui se revendique "tout à fait pour défendre la culture" à condition de respecter les mesures sanitaires, dans le reportage de TF1 en tête de cet article.

On va étouffer si on n'arrive plus à échanger

Patrick Mons

Du côté des habitants, les réactions sont mitigées. "Tout le monde doit faire des efforts et être solidaire", lance une dame, rappelant par la même occasion que le meilleur moyen de l'être reste de porter le masque. Une commerçante s'inquiète, elle, de voir le marché fermer si ce type de manifestations se reproduit. "On a déjà eu deux mois d'arrêt l'année dernière, là ce n'est plus possible", affirme-t-elle. 

Pour une autre habitante, ce rassemblement a, au contraire, été comme une délivrance. "On a ressenti vraiment que les gens étaient contents de se retrouver. On ne se voit plus, on est tous confinés chez nous à la campagne, on n'a pas de rue... Le marché, c'est le seul moment où on peut se voir."

"On va étouffer si on n'arrive plus à échanger", confie le comédien Patrick Mons, membre du avant de poursuivre : "On a envie de continuer à raconter, danser et chanter le monde." Pour la comédienne Ataly, ces rassemblements sont essentiels afin de "redonner la notion de plaisir, très importante dans la vie."

Lire aussi

Les comédiens ont promis que ce mouvement serait éphémère, mais les autorités craignent que ces regroupement se multiplient dans le pays, comme cela avait été le cas aux Vans, à Chambéry, ou encore à Lille au courant du mois de mars.  


LG

Tout
TF1 Info