La France face à une 3e vague d'ampleur

Covid-19 : quelles mesures dans les Ehpad des zones d'alerte?

La rédaction de LCI
Publié le 6 octobre 2020 à 18h28

Source : JT 13h Semaine

RESTRICTIONS SANITAIRES - Face à la propagation du virus, les Ehpad multiplient les mesures de protection à l'attention de leurs résidents, l'objectif étant de minimiser l'affluence et d'encadrer au mieux les visites. Quelles sont les régles dans les zones d'alerte maximale et renforcée ?

Préserver la santé de leurs résidents tout en leur permettant de garder un lien, si essentiel, avec leurs familles. C'est le double défi posé aux Ehpads. Si certains avaient déjà mis en place des mesures pour protéger leurs résidents ou, du moins, adapté leur fonctionnement à l'épidémie de Covid-19, de nouvelles directives ont été décidées en ce début de semaine pour les établissements franciliens. Quelles sont précisément les consignes en zones d'alerte maximale et renforcée ?

Dans les Ehpads situés dans des zones d'alerte maximale

Des cas de Covid ont été détectés dans 115 Ehpad sur les 700 de la région Île-de-France. Alors depuis quelques jours et avec le passage de Paris et l'Île de France en zone d'alerte maximale, des mesures de prévention à l'attention des Ehpads ont été prises. À la maison de retraite de Morangis en Essonne, les nouvelles règles sont déjà en vigueur. Les visites sont strictement encadrées, avec deux personnes maximum pour une durée d'une heure tout au plus. Par ailleurs, pour gérer au mieux les allées et venues, l'établissement n'accorde aucune visite sans rendez-vous. La température des visiteurs est également prise et les rencontres se font dans un espace dédié à ces rencontres. 

Des mesures qui rejoignent celles édictées par Aurélien Rousseau, le directeur général de l'ARS d'Ile-de-France, en début de semaine. Ce dernier a également demandé aux Ehpad parisiens et des départements de la petite couronne d'élargir les créneaux des visites, en permettant aux familles de venir le week-end ou en dehors des horaires classiques de journée, "pour que les personnes qui travaillent puissent aller voir leurs familles". Les sorties collectives sont également suspendues dans les établissements qui accueillent ces personnes.  Aurélien Rousseau a également appelé les Ehpad à limiter les sorties individuelles et les sorties dans la famille, pour réduire les risques de contamination des personnes âgées par les plus jeunes. En cas de non-respect des mesures barrières strictes, le directeur pourra suspendre les visites. 

Il est également prévu un dépistage préventif de tous les professionnels à une périodicité recommandée de 14 jours, en utilisant notamment les tests antigéniques. Dès qu'un cas est détecté, des mesures plus restrictives seront mises en place, le temps que la situation soit maîtrisée : possibilité de suspension temporaire des visites, dépistage RT-PCR de tous les agents et résidents, activation d’une unité COVID dédiée aux malades et fermeture des accueils de jour rattachés à l’EHPAD, indique l'ARS d'Île-de-France.

Dans les Ehpads en zone d'alerte renforcée

Dans ces zones où la situation est un peu moins critique que dans celles d'alerte maximale, des mesures sont également mises en place. En Occitanie, par exemple, dans les régions de Montpellier ou encore de Toulouse, ces établissements sont invités par l'ARS à prendre des mesures de protection renforcées tout en maintenant "l’indispensable lien avec les proches". Pour cela, ils doivent se plier au rétablissement des visites sur rendez-vous avec des plages horaires adaptées et ouvertes le week-end. Les proches doivent s'engager à respecter les gestes barrières, le nombre de visiteurs est limité et la politique de dépistage renforcée, avec des campagnes régulières. 

Dans ces zones, le taux d'incidence est supérieur à 50 pour 100.000 habitants chez les personnes âgées. 


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info