Covid-19 : déjà un an de pandémie...

"J'ai l'impression d'être en décrochage" : au collège et au lycée, la crainte du retard dans l'apprentissage

V. F
Publié le 31 mars 2021 à 18h42, mis à jour le 31 mars 2021 à 18h48
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

REPORTAGE - La fermeture des établissements scolaires suscite l'inquiétude, notamment lorsque le bac et le brevet approchent. Après un an de crise sanitaire, les élèves pourraient bien avoir pris du retard dans les programmes. Nous sommes allés à leur rencontre.

Voilà trois jours qu'Arthur, en quatrième, a repris les cours en vidéos. Sa classe a fermé lundi à cause d'un cas de Covid. Ce qui commence à lasser le jeune garçon. "Deux fois en trois semaines, ça devient un peu compliqué. Donc si ça continue, ça risque d'être un peu complexe pour terminer le programme", lance-t-il fataliste. Et le collégien est loin d'être le seul dans cette situation.

Pour son grand-frère Balthazar, c'est l'année du bac et celle de l'incertitude. Actuellement, il est en classe le matin, et en cours à distance l'après-midi. Mais une question se pose : ses épreuves seront-elles annulées ? "C'est un peu plus stressant parce qu'on ne sait pas, on ne peut pas trop se projeter loin", reconnaît-il, soulignant que les demi-jauges ont pour conséquence d'avancer moins vite et pas au même rythme.

"Qu'ont-ils vraiment appris ?"

Les parents, eux, s'interrogent : comment cette année influencera-t-elle l'avenir de leurs enfants ? "C'est une vraie angoisse. Qu'ont-ils vraiment appris ? Que vaudra ce bac ? Comment les élèves vont-ils être sélectionnés ?", se demande ainsi Marine Du Chaffaut, la mère des deux garçons.

Le constat est encore plus alarmant en Seine-Saint-Denis, où les fermetures de classes se multiplient dans le département. Ce qui inquiète certains élèves du lycée Jacques Feyder d'Épinay-sur-Seine. "J'ai l'impression d'être en décrochage parce que déjà un jour sur deux je n'arrive pas à suivre", avoue un élève. "Si les classes ferment, ça va être compliqué pour nous", renchérit une étudiante.

La proviseure Dominique Gobetti, elle, reste confiante. Selon elle, les retards d'apprentissage cumulés durant la crise sanitaire pourront être rattrapés. "Ils apprennent moins bien parce qu'ils sont moins souvent en cours, c'est normal. Mais prenez les élèves qui vont rentrer en seconde, ils ont encore trois ans de scolarité, donc tout cela va être lissé. Même chose pour les premières et les terminales qui ont alterné confinement et cours en distanciel, cela s'affinera dans les études supérieures".

Malgré cette situation exceptionnelle, le ministère de l'Éducation nationale s'est pour l'instant refusé à alléger les programmes scolaires.


V. F

Tout
TF1 Info