Crise de l’énergie : pourquoi les boulangeries sont-elles particulièrement touchées ?

Léa Tintillier | Reportage TF1 Christophe Abel, Matthieu Perrot, Henri-Paul Amar
Publié le 28 décembre 2022 à 17h20, mis à jour le 5 janvier 2023 à 14h40

Source : JT 13h Semaine

Les boulangeries, particulièrement énergivores, ont vu leurs factures exploser avec la flambée de l'énergie.
Beaucoup risquent donc de mettre la clé sous la porte.
Le 13h de TF1 a rencontré un artisan dans le Vaucluse, très inquiet pour l'avenir de son commerce.

Derrière le comptoir de sa boulangerie, Yann tente de faire bonne figure devant sa clientèle. Boulanger à l’Isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse), il est très inquiet et craint de ne pas pouvoir payer ses factures d’électricité. "Je vais passer de 1533 euros à 26.000 euros par mois par rapport au mois de janvier de l’an dernier. On ne dégage pas 15.000 euros de bénéfices nets mensuels, ça n’est pas possible", s’insurge Yann. 

Les boulangeries consomment beaucoup d’électricité. "On a de grosses chambres froides positives qui tournent 24h/24 et on a les frigos derrière en pâtisserie qui tournent 24h/24 aussi", explique Yann, dans le reportage du 13H de TF1 en tête de cet article. Certes, il ne paiera pas les 26.000 euros chaque mois. Il va en effet bénéficier de différentes aides de l’État pour ramener ce montant à 10.000 euros. Mais pour Yann, c’est encore bien trop élevé. 

Augmenter le prix du pain ?

Comme lui, de nombreux artisans s’émeuvent sur les réseaux sociaux. À l’instar de ce boulanger qui menace de mettre la clé sous la porte. "Ma facture d’électricité va exploser en janvier 2023. Si l’État ne fait rien, je fermerai", déclare-t-il en affichant sa facture qui a bondi de 425%. 

Le président de la confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie ne voit qu’une solution : augmenter les prix. "Je suis inquiet parce que certaines personnes n’oseront peut-être pas augmenter leurs prix alors que ça sera vraiment primordial pour leur entreprise, puisque comme tous les coûts du compte de résultat ont augmenté, si on ne répercute pas la hausse, évidemment, c’est une entreprise qui risque de mourir", souligne Dominique Anract. À ce jour, la France est le pays européen où le prix du pain a le moins augmenté en un an.  


Léa Tintillier | Reportage TF1 Christophe Abel, Matthieu Perrot, Henri-Paul Amar

Tout
TF1 Info