Énergie : une fin d'année sous le signe de la sobriété

Illuminations de Noël : des fêtes sous le signe de la sobriété

TD avec AFP
Publié le 27 octobre 2022 à 12h28
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Pour des raisons économiques et écologiques, plusieurs grandes villes changent leurs habitudes à l'approche des fêtes.
Les illuminations font l'objets d'une série de restrictions.
Si elles se révèlent peu énergivores grâce à la généralisation des LED, toute économie est bonne à prendre.

Alors que novembre se profile, il est l'heure pour de nombreuses municipalités d'installer les traditionnelles illuminations, symboles de la période des fêtes de fin d'année. Cette année pourtant, les habitudes évoluent dans une série de villes, sobriété énergétique oblige. 

Des plages horaires réduites

Les décorations lumineuses, "c'est 0,2% sur la facture annuelle d'une commune" en électricité, défendent les représentants du Syndicat de l'éclairage. Contrairement à certaines idées reçues, il ne s'agirait donc pas d'éléments particulièrement énergivores, a fortiori grâce à l'adoption des LED qui "ont permis de faire baisser drastiquement la consommation", explique l'Ademe.

Pour autant, toute économie, même modeste, n'est pas de trop dans la période actuelle. C'est en tout cas ce qu'avancent plusieurs municipalités, n'hésitant pas à changer leurs habitudes. À Strasbourg, les festivités font prendre fin une semaine plus tôt qu'à l'accoutumée, tandis que les illuminations seront installées seulement jusqu’au 8 janvier 2023, contre mi-janvier lors des éditions précédentes. Leur nombre est aussi diminué, on en compte 10 à 20% de moins, et leur allumage programmé pour cesser à 23 heures, contre minuit par le passé.

Lire aussi

À Bordeaux, l’adjoint au Maire de Bordeaux en charge de la sobriété et des ressources naturelles a expliqué que la ville allait, elle aussi, s'adapter. "On a prévu de conserver les mêmes illuminations que l’année dernière mais en réduisant le temps d’éclairage", note-t-il. La ville de Gironde ne sera pas illuminée avant le 9 décembre, alors qu'elle l'était dès le 26 novembre en 2021. Autre évolution à noter : une amplitude horaire modifiée, puisque les décorations seront éteintes entre 1h et 7h du matin. 

En Normandie, la municipalité de Caen adopte des mesures semblables. Outre un renouvellement de sa déco pour des éléments décrits comme "plus frugaux", la Ville va réduire d'une heure l’illumination chaque soir. "On éclairera jusqu’à 23 heures au lieu de minuit", rapporte un adjoint au maire, qui assume par ailleurs la fin des illuminations le matin. "On a estimé qu’on profitait globalement plus le soir", glisse-t-il. Des mesures "symboliques", reconnaissent les élus, mais importantes afin que les collectivités puissent "donner l'exemple"

À travers l'Hexagone, on remarque que certaines localités ont fait le choix plus radical de se passer des illuminations cette année. Que ce soit en Bretagne, du côté de Concoret (Morbihan) ou Quimperlé (Finistère), mais également à Boussy-Saint-Antoine (Essonne) et Béthune (Pas-de-Calais). Dans cette dernière, le maire assume de réserver l'énergie "en priorité aux habitations compte tenu des risques de pénurie et de coupure". Il y voit un geste "fort et frustrant", nécessaire dans la période actuelle. 


TD avec AFP

Tout
TF1 Info