VIDÉO - "On a peur" : dans la Loire, le ras-le-bol des riverains de l'autoroute A47

par La rédaction de TF1info | Reportage O. Couchard, J. Chaize
Publié le 7 août 2023 à 15h03, mis à jour le 7 août 2023 à 15h33

Source : JT 13h Semaine

Une autoroute borde rarement un village, mais cela arrive.
C’est le cas dans le département de la Loire, où plusieurs habitants de Rive-de-Gier sont littéralement contraints de vivre avec les nuisances de la circulation.
Ils confient leur colère à une équipe de TF1.

En direction des vacances, voici ce que vous découvrez à hauteur de Rive-de-Gier, sur l’A47 : une belle vue sur cette commune de la Loire. Mais un peu plus bas, René-Paul Leynaud, lui, a une tout autre vue depuis son jardin, celle du défilé incessant de voitures et de camions. "Voilà ce qu’on vit tous les jours, nuit et jour, avec le bruit et la peur qu’un camion ou une voiture nous tombe dessus", dit-il. C’est ce qui a failli arriver il y a un mois chez une voisine : son terrain situé juste sous l’autoroute a glissé après un orage. Seulement 20 mètres et une simple glissière séparent la chaussée de la maison de René-Paul. "On a peur, parce que ça s'est produit là-bas et ça peut se produire ici, soupire-t-il. Les barrières sont anciennes, il faudrait des murs en béton". 

90.000 véhicules par jour

Le tronçon de l’A47 passe par Rive-de-Gier depuis une soixantaine d’années. Christian en est riverain depuis 40 ans, mais quand il s’est installé, il y avait deux fois moins de trafic. Il fait constater à notre équipe le bruit quand il ouvre ses fenêtres : désormais chaque jour, 90.000 véhicules passent sous elles. Pour lui, l’infrastructure n’est plus adaptée. "Vous avez l'autoroute et vous n'avez pas de bande d'arrêt d'urgence de ce côté, souligne-t-il. Les gens qui tombent en panne ici, je les fais descendre très rapidement parce que j'ai toujours peur qu'ils prennent un coup de voiture". 

Sur les terrasses, le niveau sonore peut grimper jusqu’à 80 décibels. Les riverains n’en peuvent plus. "On aimerait aérer l'appartement, mais on est face à un bruit constant", se désole l'un d'eux. Avec leur collectif, "Les oubliés de l’A47", ils tentent d’alerter les institutions sur la vétusté de l’équipement. À ce jour, ils n’ont reçu aucune réponse de leur courrier envoyé au ministère des Transports.


La rédaction de TF1info | Reportage O. Couchard, J. Chaize

Tout
TF1 Info