Un nouveau déconfinement en 4 étapes clés

Covid-19 : comment vont se dérouler les mariages, autorisés dès le 19 mai ?

TG
Publié le 4 mai 2021 à 8h18, mis à jour le 4 mai 2021 à 16h49
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

VIVE LES MARIÉS ! - Un protocole, dévoilé lundi, prévoit un certains nombres de règles à partir du 19 mai pour l'organisation des mariages.

Cette fois, c'est la bonne. Après plusieurs semaines de restrictions drastiques, les mariages vont pouvoir reprendre à partir du 19 mai prochain. Et ce, en vertu d'un protocole, dévoilé lundi par les professionnels du secteur.

Concrètement, les lieux de réceptions tels que les châteaux et les salles des fêtes, pourront rouvrir dès le 19 mai. Le nombre de convives pourra, lui, aller jusqu’à 35 % de la capacité de la salle. Un seuil qui sera évolutif. Selon l’UPSE (Union des professionnels solidaires de l'événementiel), jusqu’à 50 % de l’espace pourra être occupé en intérieur à partir du 9 juin, 65 % en extérieur. "Il faudra attendre la troisième étape du 30 juin pour pouvoir faire la fête sans restriction", a précisé au Parisien Melissa Humbert-Ferrand, porte-parole de l'UPSE.

Pas de repas assis en intérieur

Autres règles édictées par le protocole : les tests PCR et passes sanitaires ne seront pas obligatoires. En revanche, les repas assis en intérieur ne seront pas autorisés. Quid du couvre-feu ? "A priori, de ce que nous a dit le ministère de l'Économie, comme le couvre-feu s'applique aux déplacements, il ne devrait donc pas concerner les personnes présentes à un mariage tant que celles-ci restent sur place. Elles ne devraient pas être obligées d'aller se coucher à 21 heures. Mais la question reste en suspens pour ceux qui voudront quitter la réception et rentrer chez eux", a précisé au Figaro Mélissa Humbert-Ferrand.

Lire aussi

L'UPSE, partenaire de l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie (UMIH), estime à 230.000 le nombre de mariages célébrés par an en France, dont 40.000 en mai. Un secteur, comme tant d'autres, en crise : l'UPSE estime à 1 milliard d'euros en 2021 la perte de chiffre d'affaires des entreprises concernées (locations de salles, traiteurs, fleuristes, magasins de robes de mariées, organisateurs de réception, papeterie ..), sur 3 milliards d'euros de ventes habituellement, après une année "quasiment blanche" en 2020.


TG

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info