La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Des maires en colère sur la gestion des doses de vaccins

Publié le 19 janvier 2021 à 19h59, mis à jour le 19 janvier 2021 à 22h21
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Des maires ont ouvert des gymnases, aménagés des salles de grande taille, pour accueillir les personnes des plus de 75 ans qui souhaitent se faire vacciner. Pourtant, ils n'ont pas reçu de vaccin. Est-ce une promesse non tenue ou une incompréhension ?

À Chinon en Indre-et-Loire, il n'y a que 50 vaccins par jour, quatre fois moins que ceux avaient prévu par la ville. Il faut supprimer les créneaux, impossible de satisfaire toutes les personnes volontaires. "Du coup, on n'est pas en capacité de répondre. Il s'adresse à nous en étant un peu véhément en disant : je suis une personne à risque, j'ai l'âge, pourquoi vous ne me vaccinez pas ? ", explique le maire (LR) Jean-Luc Dupont.

Même exaspération à L'Haÿ-les-Roses dans le Val-de-Marne. Le stock pour trois jours est de 25 flacons, soit 150 doses. Le maire (Libres!) Vincent Jeanbrun en attendait 200 quotidiennement. Il raconte sa déception : "quand on allait les chercher. On arrivait avec deux grosses glacières. On pensait revenir avec plein de vaccin. Puis, ils nous ont donné cette petite boîte. C'est vrai qu'on est un peu déçu. La boîte n'était même pas pleine. Il y a un côté, où sont les vaccins ? ". Comme lui, beaucoup de maires de droite et de gauche jugent incohérente la stratégie vaccinale du gouvernement.

Près de deux millions de vaccins ont été livrés depuis fin décembre. Autour de 500 000 ont déjà été injectés. Et il faut mettre de côté cette même quantité pour la piqûre de rappel. Là-dessus, la moitié environ est dédiée aux Ehpads. Il reste donc près de 520 000 doses pour les centres de vaccination. Elles sont réparties en fonction de trois critères majeurs : le nombre de soignants, le nombre de personnes des plus de 75 ans ainsi que la capacité des centres de vaccination. Ainsi, pour le département du Val-de-Marne, 500 000 doses disponibles par semaine reparties dans les centres de vaccination, dont le nombre a augmenté du simple au double, réduisant pour chacun le nombre de doses.

À L'Haÿ-les-Roses, au rythme actuel, à peine un tiers des plus de 75 ans pourra être vacciné avant la mi-mars, sans compter que les rendez-vous ne sont pas réservés qu'aux habitants de la ville. "Plus de la moitié des personnes inscrites lorsqu'on a ouvert la plateforme n'était pas de la commune ni des communes limitrophes. On a des choses très étonnantes, car on a des inscriptions des personnes qui habitent à Saint-Malo", affirme le maire Vincent Jeanbrun.

Au total, sept millions de personnes sont nouvellement éligibles à la vaccination depuis lundi, alors que 500 000 doses sont livrées chaque semaine.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info