VIDÉO – Détruit par une voiture, le rond-point "le plus moche de France" bientôt reconstruit à l'identique

V. F | Reportage vidéo : Luca Zajdela, Bruno Poizeuil et Antoine Sszilbermann
Publié le 30 septembre 2022 à 18h18
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

À Villeurbanne (Rhône), un rond-point à l'esthétique controversée avait été détruit par un chauffard en 2020.
Alors qu'il va être reconstruit, une équipe de TF1 est retournée sur place dans le cadre d'un reportage consacré au mobilier urbain "tape-à-l'œil".

En matière de créativité, le mobilier urbain en France n'a pas de limites. Le problème, c'est que le mauvais goût non plus. La palme revient sans nul doute aux rond-points. Et il y a de quoi faire puisqu'on en dénombre 40.000 dans l'Hexagone, soit plus que le nombre de communes. Le coût de ces installations atteindrait au total 20 milliards d’euros, selon Contribuables Associés.

L'un d'entre eux, en plein centre de Villeurbanne (Rhône), avait été élu "le plus laid de France" lors d'un sondage en 2016. L’œuvre, intitulée "Autour d’un abri jaune", et représentant deux cabanes dont l'une inversée, avait été créée en 1988 par un artiste à la demande de la mairie de l’époque, et trônait sur ce rond-point depuis plusieurs années. Mais en août 2020, un malencontreux accident - une voiture s’était encastrée dans les deux cabanes - avait sonné le glas de cette construction atypique. 

Il s'agit du patrimoine. Si un jour la Tour Eiffel était écrêtée par un avion, forcément tout le monde la reconstruirait.

Bernard Sevaux, directeur général adjoint chargé de la culture à la mairie de Villeurbanne

Las... Cette mauvaise nouvelle n'a pas pour autant découragé la ville, qui a décidé de le reconstruire à l'identique, comme l'explique la vidéo de TF1 en tête de cet article, un reportage consacré au mobilier urbain "tape-à-l'œil". Et cette décision fait débat. "Je suis la plus heureuse", lance une retraitée qui ajoute : "Des ronds-point, il y en a des jolis, mais c'est des bancs, de la verdure. Celui-ci est unique". Moins enthousiaste, une riveraine lâche : "On se crève du matin au soir pour payer des trucs comme ça. Qu'ils donnent de l'argent aux pauvres, ce sera mieux"

Pour cette création, la ville a déboursé 100.000 euros, mais pour la mairie, il était hors de question de renoncer à un tel "chef-d'œuvre". "Il s'agit du patrimoine. Si un jour la Tour Eiffel était écrêtée par un avion, forcément tout le monde la reconstruirait alors, en attendant, sans comparer, c'est le patrimoine", affirme Bernard Sevaux, directeur général adjoint chargé de la culture à la mairie de Villeurbanne. Une grande partie du coût devrait être prise en charge par les assurances, mais pour le moment, c'est la ville qui a payé. 


V. F | Reportage vidéo : Luca Zajdela, Bruno Poizeuil et Antoine Sszilbermann

Tout
TF1 Info