Un nouveau déconfinement en 4 étapes clés

Jauge, masque, aération... Voici comment les discothèques pourraient rouvrir

V. F
Publié le 11 juin 2021 à 12h15
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

MONDE D'AVANT - La date n'est pas officielle, mais les discothèques négocient avec le gouvernement pour une réouverture le 2 juillet, avec plusieurs conditions à la clé.

Pass sanitaire ou test PCR de moins de 48 heures, jauge, ventilation, port du masque : les patrons de boîtes de nuit ont détaillé jeudi 10 juin les protocoles sanitaires en vue d'une réouverture des discothèques espérée au plus tard le 2 juillet. 

"Ça ressemble à une sortie de crise. Aujourd'hui je ne vois pas comment ça pourrait se passer autrement. Tous les pays frontaliers ont rouvert, alors pourquoi pas la France ?", s'est interrogé ce vendredi matin sur LCI Jean Roch, le gérant du VIP Room à Saint-Tropez. "Nous allons encadrer cette jeunesse qu'on a privée de vie depuis un an et demi (...) Pour cela, on va respecter à la règle, ce que l'État va nous dicter de faire", ajoute-t-il.

"On a été les grands oubliés", déplore Jean Roch, le patron du VIP RoomSource : TF1 Info
JT Perso

Certains sont même prêts à aller plus loin en demandant la mise en place d'autotests à l'entrée des boîtes de nuit. "On pourrait imaginer un petit centre de test qu'on pourrait faire avec notre personnel. Peut-être qu'il faudrait le former, je ne sais pas, c'est le gouvernement qui nous le dira et le ministère de la Santé", avance ainsi Matthieu Lebrun, gérant du "Milton" à Baudre (Manche) dans le 13H de TF1.

À l'intérieur de la discothèque, une jauge devrait être fixée à 65% de la capacité maximale. Au micro, le DJ devra également rappeler régulièrement les gestes barrières, car le masque ne serait pas obligatoire tout le temps : "Pas nécessaire sur la piste de danse, il faudra par exemple le remettre pour circuler ou aller chercher une boisson au bar. Mais pas question de la consommer au comptoir sauf s'il y a des places assises de plus d'un mètre d'écart. Autrement, il faudra aller se rasseoir pour la boire", détaille Matthieu Lebrun.

Des points techniques qu'il va falloir gérer, mais les propriétaires de discothèques sont plus que jamais déterminés. "Je suis prêt à l'accepter et on va tout faire pour pouvoir respecter ce protocole et prouver qu'on n'est pas dangereux", poursuit-il.

Aérer les locaux

L'autre règle consiste à aérer les locaux toutes les heures. Si les gros établissements sont déjà équipés de systèmes de ventilation performants, les plus petits vont devoir investir en urgence. C'est le cas de Romuald Lebrun, gérant du Sunset à Saint-Lô (Manche). Il a décidé d'opter pour un purificateur d'air. "C'est dans les 500 euros par mois en location. Ce sont des charges supplémentaires sachant qu'on nous réduit la jauge, mais il faut bien commencer à un moment pour s'apercevoir que tout s'améliore et qu'on puisse après travailler plus simplement", admet-il.

Pour filtrer l'air en intérieur, d'autres ont décidé d'expérimenter un nouveau dispositif. Il s'agit de souffler de l'air par le sol pour disperser les gouttelettes vers le plafond avant de les aspirer.

Lire aussi

Les discothèques, en arrêt total depuis 15 mois, représentent 30.000 emplois directs et 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires annuel, selon les syndicats. Elles sont donc bien décidées à tout faire pour que les discussions avec le gouvernement aboutissent. 


V. F

Tout
TF1 Info