Il y a trois ans le maire de Montereau (Loiret), que TF1 a retrouvé, prenait un arrêté pour faciliter la distribution de pilules de Viagra dans sa commune.
Il est loin d'être le seul à avoir utilisé un tel procédé ces dernières années pour faire réagir.

Les maires ne manquent pas de ressources pour faire parler d'eux. Ces dernières années, des arrêtés insolites ont été pris pour interpeller le public et les autorités et sensibiliser sur certaines problématiques. Interdiction aux moustiques de survoler la commune de Briolay, dans le Maine-et-Loire, refus que les ours divaguent à Ustou, en Ariège, ou autorisation aux coqs de chanter à Saint-Sylvestre, en Haute-Savoie... Les maires de France ne manquent pas d'originalité. Retour sur cinq décisions communales qui ont fait le buzz.

Des arrêtés humoristiques qui font sourire... mais pas que

Faciliter la distribution de viagra. En 2019, le maire de Montereau dans le Loiret, Jean Debouzy, a décidé de prendre un arrêté pour distribuer des pilules bleues aux couples entre 18 et 40 ans afin de les inciter à procréer. Une solution insolite pour répondre à la menace de fermeture d'une classe dans une des écoles de la commune, demandée à l'époque par l'inspection académique. Trois ans plus tard, comme le montre le reportage de TF1 en tête de cet article, il n'est plus question de fermeture de classe, bien au contraire. Si les petites pilules bleues n'ont jamais été distribuées, l'humour du maire, qui lui a valu des interviews jusqu'à la télévision brésilienne, a attiré de nombreux nouveaux habitants.

Obligation d'être joyeux. En Vendée, dans la petite ville de 9.000 habitants d'Essarts-en-Bocage, le maire Freddy Riffaud a imposé en 2019 une "semaine de la joie". Du 5 au 11 octobre, les résidents avaient obligation "d'être en joie" et "de bonne humeur de 8h à 22h chaque jour". L'arrêté demandait également de "faire sourire au moins 10 personnes par jour". Un moyen de lutter contre "le risque élevé de mauvaise humeur à l'arrivée de l'automne et aux taux d'ensoleillement moins important". 

Le Père Noël autorisé à distribuer les jouets. En 2021, la crise sanitaire a entraîné l'annulation de nombreux événements festifs afin de respecter les gestes barrières. Pour rassurer ses administrés et égailler un peu la saison, la commune de Tavel, dans le Gard, a partagé un arrêté autorisant le Père Noël à "se poser sur les toits, dans toutes les rues et sur les parkings de la commune autant que de besoin afin de décharger son traineau et sa hotte". L'arrêté demandait par ailleurs aux habitants de "prévoir quelques carottes, poireaux ou salades pour les rennes".

À Ychoux, il est interdit de tomber maladeSource : JT 13h Semaine

Interdiction d'être malade. Décidés à "dénoncer la situation catastrophique de l'accès aux soins", plusieurs maires ont signé un arrêté interdisant à leurs administrés de tomber malade. Parmi les articles que comporte cet arrêté, l'un demande de ne pas naître "avec des problèmes de santé sur le territoire", tandis qu'un autre autorise "de déménager dans le département des Alpes-Maritimes ou à Paris pour accéder à des services de santé efficients". Dans les Landes, si l’arrêté n’a été jamais vraiment appliqué, il a marqué les esprits et porté le cas d'un des villages à l'attention de plusieurs praticiens. Huit candidatures ont été reçues, et trois généralistes sont désormais installés dans la commune d'Ychoux, apprend-on dans le reportage de TF1 ci-dessus.

La pluie appelée à tomber. Face à la sécheresse historique que la France a traversée cet été, certains maires tentent d'alléger la situation avec humour. Joël Monvoisin, maire SE d'Angles, en Vendée, a pris un acte tout à fait officiel en ce mois de septembre, mais qui n'a qu'une portée symbolique, en demandant à la pluie de "faire doucement, mais sûrement, son retour". A contrario, le soleil est appelé à "mettre un terme à ses actions de rôtisserie". Une décision valable jusqu'en octobre prochain et que la police municipale tentera de faire respecter par tous les moyens. 


A Lo.

Tout
TF1 Info