Du Liban à la France : Alan Geaam, un chef guidé par l'étoile du destin

Publié le 11 août 2021 à 9h29, mis à jour le 11 août 2021 à 9h36

Source : JT 20h WE

PORTRAIT - Arrivé en France sans le sou au début des années 2000, Alan Geaam est aujourd'hui le chef de deux restaurants étoilés à Paris. Partez sur les traces de cet autodidacte de génie dont la cuisine allie goûts d'Orient de son enfance et saveurs de l'Occident.

Tout a commencé il y a 22 ans. Arrivé du Liban avec un simple visa de tourisme et 200 francs en poche, Alan Geaam tente alors sa chance à Paris. "Quand on vient ici, il y a de la joie. Mais en même temps, il y a de l’inquiétude, de la peur. On vient dans un pays où on ne connait pas la langue, on n’est personne", confie le principal intéressé. 

Ce passionné de cuisine française enchaîne d'abord les petits boulots sur des chantiers. Mais deux livres ne le quittent pas. Le premier lui permet d'apprendre le français, le second est un livre de recettes de Paul Bocuse. Puis vient le clin d'œil du destin. Un soir, il remplace au pied levé le chef malade d'un restaurant où il fait la plonge. L'étincelle, le début d'un formidable destin.

Une cuisine "traditionnelle, exotique et très créative"

Devenu alchimiste des saveurs entre Orient et Occident, Alan Geaam tient aujourd’hui deux restaurants étoilés dans la capitale française. "Ma cuisine, c’est l’amour de la cuisine française avec mes racines libanaises. Elle est à la fois traditionnelle, exotique et très créative", décrit-il. "Je veux vraiment traduire dans mon assiette toutes les choses que j’ai apprises en France", souffle ce chef qui ne laisse personne indifférent. "L’élève a dépassé le maître depuis bien longtemps. Bien, bien longtemps. Son envie, sa soif d’apprendre était permanente. Il a une énergie débordante", relate Alexandre, son premier patron qui suit toujours de près son ascension. 

Son énergie justement, le Libanais d'origine la canalise dans la boxe, un sport qu'il n'hésite pas à pratiquer entre deux services. "La boxe m’a beaucoup apporté dans l’aspect mental", affirme-t-il, fasciné par la discipline et la beauté de ce sport de combat. "Tu encaisses des coups mais tu restes toujours debout, tu cherches des solutions". Se défouler, se dépasser et surtout ne jamais lâcher. Une résilience à l'image de son parcours exemplaire de cuisinier. 


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info