En 2021, le livre "Les Fossoyeurs" dressait un portrait accablant des conditions d'accueil des personnes âgées en Ehpad.
Dans un nouveau rapport, la Défenseure des droits estime que la situation n'est toujours pas satisfaisante.
Le 20H de TF1 a cherché à savoir ce qui avait changé, près d'un an après la prise de conscience générale.

Les révélations d'il y a un an sur les Ehpad après la publication du livre Les Fossoyeurs ont créé une onde de choc. Depuis, quels contrôles ont été mis en place ? En mars 2022, l'État annonce que, d'ici 2024, tous les Ehpad seront contrôlés. En conséquence, d'ici à la fin de l'année, 120 postes de contrôleurs doivent être créés. Le chiffre est encore insuffisant, selon la Défenseure des droits. Il y a tout de même 7500 Ehpad en France. Il faudrait aussi davantage d'inspections surprises. "C'est indispensable qu'il y en ait plus et plus rapidement parce que nous, ce que nous observons depuis notre dernier rapport de 2021, ce sont 282 réclamations supplémentaires. Manifestement, ce sont des endroits où il faudrait qu'il y ait des contrôles et des contrôles inopinés", a expliqué Claire Hédon.

"Nous constatons toujours des atteintes aux droits des résidents en Ephad (...). La réponse des pouvoirs publics n’est pas à la hauteur des atteintes dénoncées, ni de l’urgence", regrette-t-elle dans un entretien au JDD, elle qui présentait lundi un rapport de suivi de 64 recommandations émises en mai 2021, pendant la crise du Covid.

"Le gouvernement a promis 3000 poste cette année. C'est ridicule"
Pascal Champvert, président de l'AD-PA

Y a-t-il assez de personnels désormais ? Actuellement, on compte environ six animateurs/soignants pour dix résidents. Selon les professionnels, il en faudrait au moins deux de plus. "Le gouvernement a promis 3000 poste cette année. C'est ridicule, c'est dérisoire. Ça veut dire que les professionnels n'ont pas assez de temps pour accompagner les personnes âgées pour se lever, pour se laver. Donc, on va toujours vite, et ça, c'est maltraitant avec des gens qui vont, eux, lentement", a déploré Pascal Champvert, président de l'AD-PA (Association des directeurs au service des personnes âgées).

Y a-t-il d'ailleurs plus de plaintes ? Oui, la parole semble se libérer. Le 3977, le numéro à appeler pour signaler des maltraitances a ouvert 24% de dossiers en plus. Les Agences régionales de santé ont enregistré plus 30% de plaintes en un an. Enfin, les géants du secteur Korian et Orpea sont sous le coup de plusieurs plaintes judiciaires.


La rédaction de TF1info | Reportage D. Sitbon, J. Chubilleau, F. Le Goïc

Tout
TF1 Info