La France compte officiellement 3,050 millions de personnes sans aucun emploi.
Pourtant, de nombreuses entreprises cherchent désespérément des candidats.
Certaines ne réclament même plus de CV ni de diplôme.

En dépit d'une croissance atone, le chômage a encore reculé en France en fin d'année dernière avec 114.000 inscrits à Pôle emploi sans activité en moins au quatrième trimestre, qui a clôturé une bonne année 2022 pour l'emploi. Selon les chiffres publiés mercredi par le ministère du Travail, le nombre de chômeurs (catégorie A, sans activité) a baissé de 3,6% en France (hors Mayotte), à 3,050 millions, après une quasi-stabilité au troisième trimestre.

Venant après une année 2021 exceptionnelle (-480.000 chômeurs), 2022 restera un très bon millésime avec 312.000 chômeurs en moins, soit une diminution de 9,3%. Le nombre de demandeurs d'emploi retrouve ainsi son plus faible niveau depuis le troisième trimestre 2011. Cette évolution confirme celle de bons indicateurs publiés en début de semaine. L'Urssaf a fait état d'un record de cinq millions d'embauches en CDI signées l'année dernière. 

Des difficultés à recruter

Sur le front du chômage de longue durée, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits depuis un an ou plus diminue de 13,5% sur un an, mais reste élevé à près de 2,3 millions (catégories A, B et C). Ils représentent encore 45,2% (-4,3 points sur un an) du total des demandeurs d'emploi. 

Pour accélérer cette baisse du chômage et atteindre son objectif de plein emploi - un taux de chômage autour de 5% au lieu 7,3% actuellement - le gouvernement mise notamment sur sa réforme de l'assurance chômage qui entre en vigueur le 1er février. Celle-ci prévoit une baisse de 25% de la durée d'indemnisation pour tous les demandeurs d'emploi qui ouvrent des droits. Un chômeur qui aurait eu droit par exemple à 12 mois d'indemnisation dans le système actuel n'aura plus droit qu'à neuf mois. Les seniors passent d'un maximum de 36 mois à 27. Un plancher de six mois sera préservé. Les premiers impacts sont donc attendus à partir du 1er août.

Vu la difficulté à recruter, certaines entreprises ont élargi les méthodes et oublier le traditionnel CV. "Ce qui permet vraiment d'ouvrir nos postes à une plus large population", précise Sabrina Legendre, responsable RH chez Castorama, Niort (Deux-Sèvres). À 100 km de là, une menuiserie recrute aussi sans CV, avec ce que l'on appelle la méthode de recrutement par simulation. Plus d'informations dans le sujet en tête de cet article.


La rédaction de TF1info | Reportage Gwenaëlle Bellec et Caroline Blanquart

Tout
TF1 Info