Des parents d'élèves bloquent l'école de Blesle (Haute-Loire) pour protester contre une fermeture de classe.
À la rentrée, leurs enfants seront répartis en deux classes, dont une de 28 enfants.
Malgré la protestation, l'école ne devrait pas échapper à la mesure.

Chaque signature compte. Des parents d'élèves, désespérés, ont lancé une pétition et bloquent depuis 48 heures l'école de Blesle (Haute-Loire) pour protester contre une fermeture de classe. L'école comptera en septembre 49 enfants, juste en dessous du seuil de fermeture de classe fixé à 51.

À la rentrée, leurs enfants seront donc répartis en deux classes au lieu de trois. L'une d'elles devra accueillir 28 enfants, de la petite section au CP. "Moi, j'ai un enfant qui est en difficulté et donc j'ai peur qu'il soit laissé pour compte s'il y a trop de monde", s'inquiète la mère d'un élève rencontrée par TF1 (voir le reportage en tête de cet article).

Les parents d'enfants de moins de trois ans sont en colère également, car ils ne sont pas pris en compte dans les effectifs. Une mère de famille a tenté d'inscrire son enfant de deux ans et demi pour la rentrée, mais elle n'est pas prioritaire. "Si ça passe en deux classes, la directrice nous a dit qu'il ne pourra pas être accueilli. On va être embêtés pour les faire garder. Je ne veux pas les mettre dans le privé. Je veux garder notre école à Blesle", affirme-t-elle.

Un établissement avec deux professeurs et des classes chargées est par ailleurs moins attractive pour de potentiels nouveaux arrivants. 

Démographie en baisse

Le maire de cette commune de 600 habitants est dépité. "Autour de nous, il y a eu des tas d'établissements à qui on a laissé le temps de voir si la courbe pouvait s'inverser. Mais nous, on nous laisse pas de chance. On a la forte impression qu'on attendait juste l'occasion pour nous fermer la classe", se plaint Pascal Gibelin, convaincu que le nombre d'élèves aurait pu remonter.

Selon Marie-Hélène Aubry, inspectrice d'académie de Haute-Loire, c'est la baisse de population qui l'impose. "Blesle est dans une situation démographique de baisse continue depuis dix ans. Il ne va pas échapper à cette mesure puisque ce serait très inéquitable pour d'autres parties du territoire où là, au contraire, il faudra ouvrir une classe", justifie-t-elle. 

Sur le département de la Haute-Loire, quatorze fermetures de classe sont prévues. Dans le pays, près de 1100 postes de professeur des écoles vont être supprimés. Les syndicats dénoncent des économies budgétaires, au détriment de la qualité de l'enseignement.


La rédaction de TF1 E. Vinzent, P. Delannes

Tout
TF1 Info