Depuis la crise sanitaire, le marché de l'ésotérisme se développe chaque année un peu plus.
Un business de la croyance qui est très compliqué à encadrer.
La limite entre certaines pratiques légales et le charlatanisme est parfois très difficile à identifier.

Un étrange rituel commence. Avec une fumée épaisse, Élodie Pinto dessine ce qu'elle appelle une bulle de protection, partout dans la maison. Élodie est une médium, appelée pour réaliser un nettoyage spirituel de la nouvelle maison d'une de ses clientes. Bien sûr, il faut croire aux esprits, aux fantômes. Dans chaque pièce, elle répète les mêmes gestes, qui sont censés leur faire quitter les lieux.

Des promesses de plus en plus populaires

Les professionnels de l'ésotérisme exploitent-ils nos faiblesses ? Les Français sont en tout cas de plus en plus nombreux à y croire, les jeunes surtout. Entre ceux qui vivent de leur talent supposé et les arnaqueurs, la frontière est parfois floue. Mais les escrocs ont un terrain de jeu favori : les réseaux sociaux. Leurs vidéos accrocheuses y pullulent. Ils promettent le retour de l'être aimé, ou encore richesse.

Les escrocs déclarent rarement leur activité et ne travaillent, la plupart du temps, qu'à distance. Pour protéger les consommateurs, l'Institut National des Arts Divinatoires, une association reconnue par la Miviludes, a constitué une liste noire. D'après ses estimations, en France, les médiums et autres praticiens sont consultés plus de 20 millions de fois chaque année.


La rédaction de TF1info | Reportage : Nicolas Robertson, Fabrice Amzel

Tout
TF1 Info