Le 13H

VIDÉO - "Pas de morceau de vitre, rien" : les vols de voiture sans effraction se multiplient

TF1 | Reportage Noëlle Ly, Alexandra Poupon
Publié le 20 octobre 2022 à 11h22
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Une vaste filière criminelle facilitant les vols de voitures sans effraction a été démantelée en France la semaine dernière.
Ces vols d'un nouveau genre, qui passent par l'électronique des véhicules, se multiplient.
Une victime et un responsable du cyberespace de la gendarmerie témoignent auprès de TF1.

Comme chaque matin, Magid Abchir se rend sur son parking. Mais ce jour-là, stupeur : sa voiture s'est volatilisée. "J'ai déposé mon véhicule ici, il était à peu près à minuit. Le lendemain matin, en me réveillant, la voiture n'était plus là. J'étais sûr qu'elle avait été volée", raconte-t-il dans la vidéo du 13H de TF1 ci-dessus. Sur place, aucune trace. "J'ai regardé, pas de morceau de vitre, rien. J'ai des photos, c'est tout ce qu'il me reste", poursuit Magid. 

Le jeune homme a immédiatement porté plainte, mais presque deux mois après, toujours pas de nouvelle. "Ça fait toujours mal au cœur quand on y repense, soupire-t-il. Le matin, quand je me réveille, je regarde s'il y a encore la voiture de ma femme. Ça m'est arrivé une fois, ça pourrait arriver encore..."

"Des véhicules de constructeurs français" dans le viseur

Les vols sans effraction ciblent les voitures modernes, celles que vous ouvrez à distance. Concrètement, les malfaiteurs utilisent une tablette trafiquée. Puis, à l'aide du numéro de série sur le pare-brise, ils vont réussir à pirater les données informatiques de la télécommande et les copier sur une clé vierge. Ils peuvent alors ouvrir votre voiture et repartir avec sans la forcer.

Capture TF1

Cette technique frauduleuse a été utilisée dans plusieurs villes, notamment Paris, Lille, Lyon et Marseille. Après deux ans et demi d'enquête, les gendarmes ont démantelé la filière criminelle qui fournit le matériel informatique aux pirates : 31 personnes ont été arrêtées la semaine dernière, et neuf d'entre elles ont été ensuite mises en examen à Paris, dont six incarcérées. Le préjudice est estimé à près de trois millions d'euros. 

Dans le viseur des pirates, "des véhicules de constructeurs français à l'heure actuelle", indique à TF1 le général Christophe Husson, commandant en second du cyberespace de la gendarmerie nationale. "On a identifié aux alentours de 370 véhicules qui ont été volés par l'intermédiaire de cette solution", précise-t-il, soulignant que ses services font face à "quelque chose de particulièrement vaste" "sur le territoire national aujourd'hui". 

Capture TF1

Les malfaiteurs risquent jusqu'à dix ans de prison pour vol en bande organisée et atteinte à un système de traitement automatisé de données. Du côté des automobilistes, la parade absolue pour protéger sa voiture reste la bonne vieille canne antivol (photo ci-dessus). Peu esthétique et pas très pratique, mais vous avez la certitude que le voleur passera au véhicule suivant.


TF1 | Reportage Noëlle Ly, Alexandra Poupon

Tout
TF1 Info