Simone Veil, Joséphine Baker... Découvrez les nouvelles pièces de 10, 20 et 50 centimes

par Hamza HIZZIR
Publié le 6 mars 2024 à 13h52, mis à jour le 6 mars 2024 à 14h39

Source : JT 13h Semaine

Trois figures historiques orneront les nouvelles pièces frappées par la Monnaie de Paris, dévoilées ce mercredi en exclusivité dans le 13H de TF1 : Simone Veil, Joséphine Baker et Marie Curie.
L'une de nos équipes vous fait découvrir leurs secrets de fabrication.

Côté pile, aucun changement. Côté face, trois femmes font leur apparition. Simone Veil sur celle de 10 centimes d’euros, Joséphine Baker sur celle de 20 centimes et Marie Curie sur celle de 50 centimes. Trois femmes d’exception que la Monnaie de Paris a choisi de mettre à l’honneur sur ses toutes nouvelles pièces, que vous pourrez retrouver dans votre portefeuille à partir du printemps prochain. 

undefinedundefinedCapture d'écran TF1

C’est dans un petit bureau de l’Hôtel de la Monnaie, face à la Seine et Louvre, au 11 Quai de Conti, dans le VIe arrondissement de la capitale, qu’elles ont été imaginées, puis dessinées par Joaquin Gimenez, le Graveur général. "Pour une pièce qui sera dans la poche de tous les Français, le message doit être simple, universel", explique-t-il au micro de TF1.

undefinedundefinedCapture d'écran TF1

Un visage et un message qui sautent aux yeux, mais aussi de multiples détails que l’on n’a pas forcément le loisir d’observer en achetant son pain, et que vous pouvez voir de très près dans le reportage du JT en tête de cet article. "On a une évocation du drapeau français, à travers des barres horizontales pour le bleu, des barres verticales pour le rouge, et du vide pour le blanc. Il y a aussi, tout autour, les étoiles du drapeau européen, maintenant incontournable", précise le Graveur.

undefinedundefinedCapture d'écran TF1

Depuis quelques jours, les pièces de Joaquin Gimenez sont fabriquées dans une usine de Pessac (Gironde), ô combien particulière. Exceptionnellement, la Monnaie de Paris nous a ouvert ses portes. Parmi les innombrables outillages, permettant de frapper absolument toutes les coupures françaises de l’euro, un tampon métallique impeccable et indispensable : le coin.

undefinedundefinedCapture d'écran TF1

"Un coin comme ça doit réaliser entre 500.000 et 600.000 pièces. C’est énorme et c’est pour ça qu’il ne doit y avoir aucun défaut, sinon ça ferait 600.000 défauts", indique Éric Putcrabey, technicien en réalisation d’outillage. Dans l’atelier voisin, un bruit assourdissant. Celui des machines frappant frénétiquement 176 millions de pièces "Cela fait 850 frappes par minute, pour presque un million de pièces chaque jour", détaille Sylvain Ollier, responsable de l’atelier instruments monétaires. 

undefinedundefinedCapture d'écran TF1

Plus tôt ce mercredi matin, ces pièces ont été présentées à la famille de Simone Veil. "Pour elle, l’Union européenne représentait à la fois la fin de la guerre, l’espoir d’une paix pour les générations à venir, mais aussi un moyen d’entente", salue son petit fils, Aurélien Veil, appréciant la symbolique. Le monnayeur Olivier Castaing conclut : "Ces pièces représentent vraiment ce que notre pays peut produire de plus haut, en termes d’idéal."


Hamza HIZZIR

Tout
TF1 Info