Le WE

Faudra-t-il bientôt un pass sanitaire pour aller travailler ?

Publié le 19 décembre 2021 à 20h00, mis à jour le 19 décembre 2021 à 21h29
JT Perso

Source : JT 20h WE

La mesure s'applique déjà aux salariés en contact avec le public. Le gouvernement envisage de l'étendre à toutes les entreprises et les DRH s'arrachent déjà les cheveux.

Depuis le 30 août, les salariés de la brasserie Eclectic à Paris sont tenus au pass sanitaire, comme dans tous les bars et restaurants. Résultat, tous se sont fait vacciner. "Je l'ai vraiment fait parce que je voulais garder mon travail. Je préfère être vaccinée et travaillée que de ne pas être vaccinée et perdre mon travail" témoigne Elena Serte. Dans ce restaurant, le patron a même exigé que le personnel de cuisine ait son pass sanitaire.

Le pass sanitaire est déjà obligatoire pour le personnel des établissements de santé, mais aussi des lieux de loisirs, musées ou parcs d'attractions. Les deux mille salariés du réseau de cinéma CGR se font contrôler tous les jours. "Il y a quelques personnes qui ne sont pas vaccinées, mais pour autant viennent travailler avec un pass sanitaire et al preuve d'un test PCR négatif", explique son directeur marketing, David Scantamburlo.

Mais la mise en place de ce pass travail obligatoire pour tous pourrait poser des difficultés. "Vous avez même parfois des employés qui ne vont dans leur entreprise qu'une fois par semaine, voire plus, parce qu'ils sont dans le domaine du bâtiment ou du service. Qui est-ce qui va contrôler dans ce moment-là ? Ça serait nos clients ? Ça me semble extrêmement difficile", estime Jean-Lou Blachier, vice-président du CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises).

Comment organiser des tests quotidiens pour ceux qui refusent la vaccination ? Quelles sanctions pour le salarié récalcitrant ? "On suspend son contrat de travail ? Le problème, c'est qu'il est salarié, mais plus payé. On le met en congé ? Il part en télétravail ? Le problème, c'est que tous les métiers ne sont pas télétravaillés. Ça pose surtout des problèmes opérationnels derrière ", explique Benoît Serre, vice-président de l'association des DRH.

Une réunion avec les partenaires sociaux est prévue demain et après-demain pour le privé comme le public. Mais le ministre de l'Éducation nationale écarte déjà la possibilité de l'imposer aux enseignants.

TF1 | Reportage E. Despatureaux, G. Bellec


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info