Fin du logement social "à vie" : ce qu'entend changer le gouvernement et ce qu'en pensent les concernés

par La rédaction de TF1 Reportage - Olga Lévesque, Céleste De Kervenoaël, William Vuillemin
Publié le 12 avril 2024 à 16h27

Source : JT 13h Semaine

En France, près de 400.000 personnes dépasseraient les plafonds de ressources qui permettent d'occuper un HLM.
Le ministre délégué au Logement a assuré ce jeudi vouloir mettre fin au logement social "à vie" pour certains ménages.

Vers la fin du logement social "à vie" ? Le gouvernement, qui s’apprête à présenter un projet de loi en ce sens, entend favoriser la sortie des logements sociaux des locataires qui ont "largement dépassé les plafonds de revenus", a annoncé le ministre délégué au Logement, Guillaume Kasbarian, dans une interview au journal Les Echos, ce jeudi. Actuellement, 1,8 million de ménages sont en attente d'un logement social en France selon ce dernier tandis que dans le même temps, plus de 8% des locataires de HLM ne seraient plus éligibles à un logement social s'ils en demandaient un aujourd'hui. 

Dans le bureau du maire de Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis), qui compte 40% de logements sociaux pour 40.000 habitants, soit plus que dans le reste de l'Hexagone, les dossiers s'accumulent. "Ici on retrouve 2300 à 2600 dossiers de demandeurs de logements sociaux à Neuilly-sur-Marne qui sont tous classés dans des armoires qui sont pleines", montre dans le reportage en tête de cet article Zartoshte Bakhtiari. "On a des personnes qui sont toutes seules dans des appartements avec cinq pièces parce qu'il y a quelques années, elles avaient une composition familiale qui nécessitait ce type de logement, aujourd'hui elles sont seules et ceux qui ne répondent plus aux conditions doivent laisser la place à ceux qui en ont besoin", explique-t-il.

Actuellement, les bénéficiaires doivent déjà déclarer leurs ressources et patrimoine chaque année. S'ils ne répondent plus aux critères, leur loyer peut être augmenté ou il peut leur être demandé de quitter leur logement à la fin du bail. D'après l'exécutif, cela ne suffit pas. Pour libérer des logements sociaux, le gouvernement veut renforcer le contrôle pour libérer les places,  et que les bailleurs puissent mettre fin à un bail si les ressources du locataire sont trop élevées.

Pour les bailleurs sociaux, l'enjeu est ailleurs. "Notre attente elle est là : pouvoir construire avec les moyens qu'il faut et faire ce qui est notre métier, c'est à dire loger les plus précaires sachant qu'aujourd'hui 70% des Français ont droit d'accéder au logement social", réagit Eric Pliez, président du bailleur social "Paris Habitat". Les propositions seront examinées par le Conseil des ministres le mois prochain.


La rédaction de TF1 Reportage - Olga Lévesque, Céleste De Kervenoaël, William Vuillemin

Tout
TF1 Info