ASSOUPLISSEMENT - Dans plusieurs départements, la situation sanitaire s’améliore à tel point qu’il est désormais possible de retirer le masque dans les rues de certaines communes. C’est notamment le cas dans une partie de la Charente-Maritime, où les habitants retrouvent le sourire.

C’est un fait : l’épidémie est en recul, notamment grâce à la vaccination. Certains départements assouplissent donc les règles sanitaires, comme la Charente-Maritime qui permet désormais à ses habitants de retirer le masque dans plusieurs communes. C’est le cas à Royan où de nombreux habitants n'ont pas manqué de dévoiler leur plus beau sourire ce mercredi matin. "Ça me fait plaisir parce qu’on n’a pas besoin de masque pour vivre", s'enthousiasme l'un d'eux, le visage illuminé, dans le reportage de TF1 en tête de cet article.  

Dans le département, 32 communes sont concernées par cet assouplissement. Le masque reste cependant obligatoire en intérieur. "Masque dans la poche malgré tout pour rentrer dans les magasins, mais depuis le temps qu’on attendait ça, vraiment, c'est un soulagement !", souffle un autre habitant de Royan. Ici, le taux d’incidence n’est plus que de 50 cas pour 100.000 habitants. Et certains parlent déjà du masque au passé. "C’était un petit peu gênant quand on bougeait, quand on faisait du sport, quand on se dépêchait... Pour parler, ça déformait, parfois on comprenait mal les gens avec qui on discutait", témoigne un Royannais pas du tout nostalgique. 

Des habitants qui restent prudents

Certains habitants, cependant, restent prudents. Outre à l’intérieur, le masque est toujours valable dans certains espaces considérés comme sensibles : autour des écoles, des lieux de cultes, des cimetières et dans certaines zones du centre-ville comme autour du marché. "Il ne faut pas tout relâcher d’un coup, après, si c’est pour mieux repartir, ce n’est pas la peine", prévient une habitante. "Tout le monde ne respecte pas les distanciations non plus, je pense que c’est bien de garder le masque à l’extérieur du marché", ajoute une autre. 

Ici, chacun a conscience qu’un retour à la normale n’est pas pour demain et on craint parfois une quatrième vague. "Ça peut revenir, on peut avoir une autre vague", affirme un marchand. "Plus on va se vacciner et se protéger, plus longtemps on tiendra le choc et on retrouvera tous les commerces", poursuit-il. À noter que dans les plus grandes villes du département, La Rochelle, Rochefort et Saintes, le masque reste obligatoire à partir de 11 ans. 

D’autres départements font aussi tomber le masque. C’est le cas de la Creuse, où les habitants ne devront plus le porter que dans les commerces et les marchés. Il en est de même pour la Moselle, où le masque reste obligatoire dans les commerces et transports. Dans le Loir-et-Cher, il n’est plus imposé que dans trois communes seulement, celles de Blois, Romorantin-Lanthenay et Vendôme. Dans les Alpes-Maritimes aussi, on peut le retirer dans les espaces verts urbains et près des plans d’eau. D'autres départements autorisent de ne plus le porter, mais seulement dans les plus petites communes.


LT

Tout
TF1 Info