Le 20h

Vive émotion dans le Pas-de-Calais après le suicide de Chanel, collégienne de 12 ans

La rédaction de LCI
Publié le 7 octobre 2021 à 10h11
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

HARCÈLEMENT SCOLAIRE - Chanel, 12 ans, s'est donné la mort la semaine dernière en rentrant de l'école. Une marche blanche s'est tenue ce mercredi dans son village de Frévent (Pas-de-Calais).

Des centaines de personnes ont marché ce mercredi à Frévent (Pas-de-Calais), à la mémoire d'une collégienne de 12 ans, qui s'est donné la mort la semaine dernière peu après être rentrée de l'école. Les proches de Chanel dénoncent un harcèlement dont elle aurait fait l'objet dans son établissement, que la jeune fille silencieuse aurait tu. 

"C’est un choc pour tout le monde", explique à TF1 une jeune mère dans la foule de marcheurs (voir la vidéo en tête d'article). "Parce que pour en arriver là, c’est qu’elle a dû subir pas mal de choses". Parmi les centaines d'habitants du village rassemblés, de nombreux arborent sur leurs t-shirts le slogan "l'école, c’est fait pour grandir, pas pour souffrir". Car c'est le harcèlement dont elle aurait été victime qui est dénoncé ici, que la jeune fille discrète n'avait pas raconté à son entourage.

Harcèlement scolaire : comment le repérer ?Source : JT 20h Semaine
JT Perso

En tête de la marche, les grandes sœurs de Chanel sont désemparées, et essaient de comprendre ce qui a pu amener la collégienne de 5ᵉ à une telle extrémité. "Apparemment beaucoup lui disaient des choses méchantes dues à son poids", avance sa sœur Lindsay. "Des enfants prenaient son sac et le jetaient, sous prétexte que ce n’était pas un sac, mais une valise." 

D'après elle, si Chanel n'avait rien dit de son mal-être, c'est "pour protéger sa maman, qui avait toujours dit 'si on t’embête, tu me le diras'". "Je pense qu’elle voulait trop nous protéger", suppose Lindsay.

Lire aussi

Il y a deux ans, dans le même collège, le fils de Vincent avait tenté de mettre fin à ses jours, en absorbant des médicaments. Son père témoigne devant l'établissement : "Pour nous ça s’est bien terminé, il a été pris à temps, mais ça aurait pu être un drame comme celui que l’on vit aujourd’hui." 

Si le soupçon est amplement partagé à Frévent, et que les sœurs de Chanel commencent à rassembler des éléments, le parquet d'Arras n'a pour l'instant pas relevé d'éléments accréditant la thèse du harcèlement scolaire, et appelle ceux qui en disposent à les transmettre à la gendarmerie.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info