Grève à la SNCF ce mercredi : une mobilisation suivie ?

A.B.
Publié le 7 décembre 2022 à 15h23
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

La journée de mobilisation prévue à la SNCF est assez peu suivie.
Seules quelques régions sont touchées.
Mais les craintes de grèves massives pour Noël et le jour de l'An persistent.

Pas d'annulations massives à la SNCF en ce mercredi 7 décembre. Alors qu'un nouveau mouvement de grève touche la société, il semble que le mouvement soit peu suivi, contrairement au week-end dernier, lors duquel la grève des contrôleurs avait paralysé une grande partie du trafic à travers l'Hexagone. Des problèmes ont toutefois dérangé la circulation des trains localement : à Lyon, un mouvement social des aiguilleurs a perturbé le trafic vers Paris et les liaisons régionales. En dehors de la région Auvergne-Rhône-Alpes, la plus impactée, des perturbations touchaient aussi les TER de Bourgogne-Franche-Comté, du Grand Est, d'Occitanie et de Paca ainsi que certaines lignes d'Île-de-France (C,D,E et N). Le mouvement devrait se poursuivre jeudi.

La menace des grèves de fin d'année

Cette grève fait suite à trois journées de mobilisation sur la question des salaires, les 6 juillet, 29 septembre et 18 octobre. Une première augmentation avait d'ailleurs été accordée à l'issue de la grève de juillet. Mais l'inflation n'a pas ralenti depuis, atteignant même +6,2% en novembre sur un an. La CGT-Cheminots demande donc une hausse de salaire au moins équivalente et surtout, la rétroactivité au 1er janvier 2022. SUD-Rail demande 400 euros brut en plus par mois pour tous et la CFDT-Cheminots un 13e mois en plus d'augmentations de salaire. Quant à l'Unsa-Ferroviaire, seul syndicat n'appelant pas à la grève, elle souhaite voir les salaires augmenter d'au moins 5%.

Ces demandes doivent être étudiées à partir de mercredi alors que plusieurs sessions de négociations cruciales doivent se tenir entre le groupe public et les différents corps de métiers. Le but : éviter des mouvements de grèves pour les fêtes de fin d'année. Les contrôleurs, qui doivent être reçus jeudi, menacent en effet de cesser le travail pour les week-ends de Noël et du Nouvel An alors que les aiguilleurs doivent s'asseoir vendredi avec la direction pour obtenir plus de recrutements et un salaire plus en adéquation avec leurs responsabilités. 

Lire aussi

Après une première menace de grève non mise à exécution le 25 mai, ils avaient obtenu le recrutement de 200 agents de circulation supplémentaires, une prime de 600 euros et une majoration temporaire de 20% de leur prime de travail pendant sept mois. L'entreprise "n'a pas tenu ses engagements", estime cependant Erik Meyer de SUD-Rail. Un préavis de grève a donc de nouveau été déposé, cette fois-ci du 15 au 19 décembre, pour le premier week-end des vacances de fin d'année.

Pour ne rien arranger, la perspective de la réforme des retraites, qui devrait être présentée autour du 15 décembre par le gouvernement, chauffe les syndicats à blanc. "On sera vent debout contre cette réforme, comme nous l'avions été lors de la dernière séquence de 2019-2020", a insisté Cédric Robert, rappelant les 58 jours de grève qui avaient alors paralysé la SNCF.


A.B.

Tout
TF1 Info