Invité de "Bonjour ! La matinale TF1" ce vendredi matin, le directeur de TGV-Intercités Alain Krakovitch a reconnu que la SNCF devait des "excuses" à ses clients.
Ce vendredi et jusqu'à dimanche, seul 1 TGV sur 2 circulera sur tout le territoire à cause d'un mouvement de grève des contrôleurs.

Ce vendredi, la grève à la SNCF bat son plein. Tout le week-end, de fortes perturbations sont prévues pour les TGV, le service étant réduit de moitié sur les lignes TGV Inoui et Ouigo, ainsi que pour les Intercités de jour et de nuit. Une situation regrettable pour le directeur de l'entreprise ferroviaire. Ce vendredi matin sur TF1, dans "Bonjour ! La matinale TF1", le directeur TGV-Intercités de la SNCF Alain Krakovitch a exprimé son "sentiment d'échec". "On doit des excuses à nos clients" parce qu'"on interdit à beaucoup de Français de partir en vacances ou de revenir dans des conditions sereines", a-t-il déclaré.

Les syndicats grévistes estiment que l'accord de sortie de crise négocié fin 2022, quand une grève le week-end de Noël avait laissé 200.000 voyageurs sur le carreau, tarde à être appliqué. Ils demandent aussi une renégociation de l'accord sur les fins de carrière. À ce propos, Alain Krakovitch a répondu : "Cette négociation on l'a entamée il y a très longtemps. En décembre 2022 il y a eu un conflit, on a pris des engagements et pendant toute l'année 2023 et le début de l'année 2024 on a suivi avec les organisation syndicales la réalisation de ces engagements. Ces engagements sont tenus."

"On a eu de nouvelles demandes il y a quelques semaines sur les retraites et la pénibilité, on s'est engagé à les traiter. On peut tous comprendre que ce ne sont pas des sujets qui se traitent en quelques jours, on a donné un calendrier, ce sera traité en mars et en avril", a-t-il expliqué, ajoutant : "On ne peut pas dire 'oui' à tout."


J.F.

Tout
TF1 Info